BFM Business

Le fonds Adevent souhaite s'offrir les médicaments génériques de Sanofi

Le fonds d'investissement américain Advent est proche d'un rachat de Zentiva, l'activité de médicaments génériques en Europe du géant pharmaceutique français Sanofi, pour 1,9 milliard d'euros

Il s'agit pour l'instant de "négociations exclusives". Mais "l'offre d'Advent est ferme, irrévocable et entièrement financée", indiquent Sanofi et Advent dans un communiqué précisant que "la transaction devrait être conclue avant la fin de l'année".

"Zentiva est une activité solide dotée de collaborateurs très talentueux et nous estimons qu'elle a prouvé son potentiel de croissance", a déclaré Olivier Brandicourt, directeur général de Sanofi. "À la suite d'un examen complet des options stratégiques pour notre activité de génériques en Europe, nous avons conclu que transférer cette activité à Advent constituait la meilleure option pour assurer son succès à long-terme", a-t-il précisé. 

Une cession envisagée depuis plusieurs années 

Le projet de céder Zentiva avait été annoncé dès novembre 2015 par Olivier Brandicourt, lors de la présentation de sa feuille de route stratégique pour le groupe dont il venait de prendre les rênes quelques mois auparavant. Ce désengagement avait été confirmé en octobre 2016, mais a pris du temps en raison notamment de l'éparpillement des lignes de production pour Zentiva sur les sites français de Sanofi.

"Céder les génériques en Europe, activité non coeur de cible, fait partie de la stratégie de simplification et de remodelage de l'entreprise", indique Sanofi. Advent a de son côté indiqué vouloir investir dans Zentiva pour "bâtir un nouveau leader indépendant du marché européen des génériques". 

"Nous avons toujours accordé beaucoup d'intérêt aux fabricants de médicaments génériques car ils permettent au plus grand nombre d'avoir accès à des traitements de grande qualité et à moindre coût", expliquent Tom Allen, patron de l'équipe Santé Europe d'Advent et Cédric Chateau, directeur associé et responsable du bureau d'Advent International en France.

La finalisation de l'opération dépend encore des autorisations des autorités règlementaires et des consultations avec les représentants du personnel, d'après le communiqué de Sanofi.

A.M. avec AFP