BFM Business

Le crédit à la consommation confirme sa reprise en 2016

Le crédit à la consommation confirme sa reprise.

Le crédit à la consommation confirme sa reprise. - JOEL SAGET / AFP

En hausse de 6,4% sur l'année 2016, le crédit à la consommation a enregistré sa troisième année de progression consécutive. Une hausse essentiellement due au rebond des prêts personnels et au financement de l'achat d'automobiles.

Le crédit à la consommation a confirmé son redressement en 2016 avec une hausse de 6,4%, le secteur affichant une progression de l'activité pour la troisième année consécutive, selon des données publiées mercredi par l'Association des sociétés financières (ASF).

Au total, 38,8 milliards d'euros de crédits à la consommation ont été accordés l'an dernier. Toutefois, cette croissance demeure inférieure de 13% par rapport au pic historique d'activité enregistré en 2007, souligne l'ASF. Après trois ans dans le rouge, le secteur avait vu sa production grimper de 1,2% en 2014, puis de 6,3% en 2015.

Prêts personnels et achats d'automobiles

Dans le détail, les prêts personnels, premier produit de financement des établissements de crédits à la consommation, ont bondi de 6,8%, atteignant 13,4 milliards d'euros. Le financement de l'achat d'automobiles a également soutenu la reprise du crédit à la consommation, particulièrement les opérations de location avec option d'achat qui ont connu la plus forte progression (+32,2%), avec 5,3 milliards d'euros d'encours. 

L'ASF souligne l'évolution ces dernières années des modalités de financement des achats de véhicules neufs, les consommateurs préférant en majorité la location avec option d'achat aux crédits affectés, qui, d'ailleurs, ont accusé une baisse 8,9% à 2,6 milliards d'euros l'an dernier. Au contraire, les crédits affectés à l'achat d'automobiles d'occasion ont pour leur part progressé de 9,3% à 3,3 milliards d'euros. 

Enfin, l'octroi de crédits renouvelables est demeuré quasiment stable l'an dernier (+0,1% à 10 milliards d'euros), ces derniers connaissant un certain recul depuis le durcissement de la législation les concernant en 2009.

P.L avec AFP