BFM Business

La vérité sur le milliard d'investissement de Leclerc

Michel-Edouard Leclerc a légèrement survendu ses annonces sur BFMTV.

Michel-Edouard Leclerc a légèrement survendu ses annonces sur BFMTV. - BFM TV

Michel-Edouard Leclerc a annoncé mercredi sur BFMTV que le groupe allait investir 1 milliard d'euros sur trois ans dans les nouvelles technologies. Une annonce à relativiser.

Le patron des magasins Leclerc a "un peu" survendu ses annonces. Sur BFMTV et RMC, face à Jean-Jacques Bourdin, Michel-Edouard Leclerc a annoncé un investissement d'un milliard d'euros sur trois ans dans les nouvelles technologies, avec à la clé la création de 10.000 emplois nets. Des chiffres impressionnants, des annonces qui font mouche, mais en réalité, il faut les remettre en perspective.

"Demain nos enfants iront d'abord chercher les marques sur internet et une fois la marque trouvée, ils regarderont où elle est. Donc, il faut construire un grand portail internet", a déclaré Michel-Edouard Leclerc. C'est pourquoi son groupe compte "investir des milliards dans l'internet".

Alors qu'il "faut entre 5 et 30 millions d'euros pour ouvrir un hypermarché de taille moyenne", pour ouvrir "un portail internet et aller au-devant de 60 millions de consommateurs cela va nécessiter 20-30 millions d'euros par an d'investissements et 500-600 millions d'euros par an en logistique", a-t-il ajouté. Ainsi "sur trois ans, Leclerc investit 1 milliard d'euros" avec à la clef "10.000 emplois nets créés, même moi cela m'effraie un peu".

Amazon n'a pas de souci à se faire

Ceux qui voient arriver l'heure de la confrontation entre la grande distribution traditionnelle et les géants du e-commerce risquent d'être déçus. Les centres Leclerc ne vont pas concurrencer Amazon ou Cdiscount demain. En fait, le plan d'investissement évoqué par Michel-Edouard Leclerc n'a en rien été dévoilé mercredi. Ces chiffres ont déjà été communiqués début février, lors de la publication des résultats annuels du groupe

En outre, cet investissement ne concerne pas que les nouvelles technologies. Ce milliard va également être utilisé pour la rénovation et l’agrandissement des magasins, l’amélioration de la performance des outils logistiques, etc.

Quant aux emplois, ils ne sont pas non plus totalement dédiés au portail internet. Leclerc recherche aussi des collaborateurs dans la vente ou les métiers de bouche par exemple. Ces 10.000 créations de poste sur trois ans, cela revient à un peu plus de 3.000 emplois par an. Finalement, c'est seulement un peu plus que le niveau de recrutement réalisé par le groupe en vitesse de croisière...

Hélène Cornet, édité par N.G.