BFM Eco

La maison-mère de Zara va fermer jusqu'à 1200 magasins dans le monde

Les fermetures concerneront "des magasins plus anciens appartenant à des marques autres que Zara", selon Inditex.

Les fermetures concerneront "des magasins plus anciens appartenant à des marques autres que Zara", selon Inditex. - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Inditex, la maison-mère de Zara, prévoit de fermer entre 1000 et 1200 magasins parmi ses 7400 boutiques dans le monde. Objectif: capitaliser sur le succès de ses ventes en ligne pendant le confinement.

Inditex, la maison-mère de Zara, s’est félicité au sortir du confinement d’avoir limité le recul de ses ventes à 44% en avril, alors que 88% de ses magasins ont dû garder porte close. Mais cette crise sanitaire oblige le groupe a revoir son organisation : il prévoit notamment de fermer un millier de magasins sur les plus de 7400 que compte le groupe de fast-fashion dans le monde.

Le géant espagnol prévoit de ramener son réseau de boutiques à un "total compris entre 6 700 et 6 900 magasins, contre 7 412 aujourd'hui", indique le groupe dans son communiqué. Pour atteindre ce total, la maison-mère de Zara va fermer 1000 à 1200 magasins de "petite taille", et en ouvrir 450 nouveaux, "équipés de toutes les dernières technologies d'intégration des ventes", détaille-t-il.

Les magasins Zara préservés

Le groupe qui détient, outre Zara, les marques Stradivarius, Oysho, Massimo Dutti, Bershka, ne donne pas le nombre de magasins concernés par pays. Il indique néanmoins que les fermetures viseront "des magasins plus anciens appartenant à des marques autres que Zara".

Réaffirmant la pertinence de son modèle basé sur des stocks faibles, le groupe affirme simplement poursuivre sa stratégie de ces dernières années. À savoir, se séparer de ses magasins les plus petits et s’offrir d'immenses boutiques au design soigné dans des emplacements prestigieux des grandes villes.

L’objectif de cette réorganisation du groupe d’Amancio Ortega est néanmoins de capitaliser sur l'accélération des ventes en ligne qui a pris une nouvelle ampleur pendant le confinement. Le groupe qui vient d’annoncer sa première perte trimestrielle en 20 ans a vu ses ventes en ligne rapporter 50% de ses revenus entre janvier et mars, et même 95% en avril.

Alors qu’en 2019, son e-shop ne rapportait à Inditex que 14% de son chiffre d'affaires, le groupe veut qu'un quart du revenu de ses ventes soit généré sur internet dès 2022. L’Espagnol compte à ce titre débloquer 2,7 milliards d’euros sur deux ans, soit davantage que les 2,5 milliards investis depuis 2012 sur ce thème. Sur cette somme, un milliard sera consacré à améliorer sa plateforme de vente en ligne

Nina Godart