BFM Business

La grève des médecins a profité à l'automédication

Faute de trouver un médecin, les Français se sont tournés vers leurs pharmaciens pour se soigner fin décembre.

Faute de trouver un médecin, les Français se sont tournés vers leurs pharmaciens pour se soigner fin décembre. - Charly Triballeau - AFP

Les ventes de médicaments sans ordonnance ont enregistré un bond record la dernière semaine de décembre, lors de la grève des médecins, selon les chiffres publiés le 20 janvier de l'Afipa. Les Français ont ainsi dépensé 8,2 millions d'euros pour se soigner seul.

Faute de médecin, les Français se sont soignés tous seuls en allant voir directement leur pharmacien. La dernière semaine de décembre, lors de la fermeture des cabinets des généralistes, les ventes de médicaments non prescrits ont décollé pour atteindre 8,2 millions d'euros, selon une étude réalisée par Celtipharm pour l'Afipa, l'association qui milite pour une automédication responsable. Sur le mois, les ventes se sont élevées à 224 millions, soit le plus important chiffre d'affaires sur 10 ans.

La preuve selon Pascal Brossard, le président de l'Afipa, que le pharmacien suffit dans le parcours de soin pour les pathologies les plus courantes. Et qu'avec une vraie politique volontariste en faveur de l'automédication, on pourrait facilement désengorger les cabinets médicaux et les services d'urgence.

"Cela permet de rendre à chaque professionnel son vrai rôle: le pharmacien pour les pathologies bénignes, le médecin généraliste pour les pathologies plus graves et les urgences pour les urgences" a affirmé Pascal Brossard. Et d'ajouter que "cela permet de faire des économies pour la sécurité sociale".

Les ventes de compléments alimentaires en hausse

Car contrairement à nos voisins européens, l'automédication ne décolle pas vraiment en France. Au total, la vente de médicaments sans ordonnance a atteint 2,12 milliards d'euro, soit une baisse de 0,4% en 2014, après un recul de -3% l'année précédente. Ce sont les médicaments pour les voies respiratoires qui arrivent en tête des ventes (622 millions d'euros) suivi par les antalgiques (480 millions d'euros) et enfin les produits de dermatologie (420 millions d'euros).

Mais si l'on prend en compte l'ensemble des produits de santé achetés en pharmacie sans ordonnance, incluant les dispositifs médicaux et les compléments alimentaires, le secteur progresse de 2,1% à 3,45 milliards d'euros en 2014 (-0,1% en 2013).

De plus, les ventes en ligne, autorisées depuis deux ans, ne sont pas entrées dans les habitudes de consommations. Les 209 officines qui se sont lancées sur ce marché ont représenté seulement 0,1% des ventes.

Hélène Cornet avec C.C.