BFM Business

La consommation mondiale de viande en baisse pour la deuxième année consécutive

Une usine de viande dans l'ouest de la France (photo d'illustration).

Une usine de viande dans l'ouest de la France (photo d'illustration). - Jean-Sébastien Evrard - AFP

Selon des projections de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, la consommation de viande par habitant devrait reculer de 3% cette année par rapport à 2019.

Moins de viande au menu en 2020. Selon un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la production totale de viande pour l'année 2020 devrait avoisiner les 333 millions de tonnes, soit 1,7% de moins qu'en 2019. Une baisse pour la deuxième année consécutive.

Autre donnée importante du rapport: la consommation de viande par personne devrait diminuer de l'ordre de 3% en 2020 par rapport à 2019. Du jamais vu depuis au moins l'année 2000 rapport l'agence Bloomberg.

Ecologie et pandémie

L'une des raisons pouvant expliquer ce recul de la consommation de viande est la préoccupation environnementale grandissante de la population mondiale. En témoigne la production de viande de boeuf, la plus polluante, qui ne représente plus que 20% en 2018 de la production totale de viande contre 39% en 1961.

La pandémie de Covid-19 a également contribué à cette décrue dans la mesure où elle a entraîné la fermeture des restaurants, des marchés, mais également des écoles, universités. Les occasions d'acheter ou de consommer de la viande ont donc été moins nombreuses.

Une tendance également observée en France

La crise sanitaire mondiale perturbe également les chaînes de production et les abattoirs mais également le secteur tertiaire et notamment le tourisme.

Enfin la crise économique qu'engendre la pandémie oblige les consommateurs à réduire leur budget alimentaire en sacrifiant les produits carnés. D'autres crises sanitaires ont un impact sur la consommation de viande comme la peste porcine africaine qui touche plusieurs pays d'Asie et la grippe aviaire.

La baisse mondiale de consommation de viande est une tendance qui s'observe aussi à l'échelle nationale. Selon une étude du Crédoc publiée en 2018, celle-ci a diminué de 12% entre 2007 et 2016.

Hugues Garnier Journaliste BFMTV