BFM Business

La Chine oblige Pfizer à interrompre la vente d'un vaccin lucratif

Pfizer a investi plus d'un milliard de dollars en Chine.

Pfizer a investi plus d'un milliard de dollars en Chine. - Spencer Platt - AFP

Le pays ne lui a pas renouvelé sa licence. Les laboratoires pharmaceutiques ont de plus en plus de mal à obtenir le feu vert des autorités chinoises.

Coup dur pour Pfizer. Le laboratoire pharmaceutique américain a décidé d'interrompre la vente d'un de ses très lucratifs vaccins en Chine suite au non renouvellement de sa licence, a indiqué jeudi le groupe à l'AFP.

Pfizer ne donne pas d'explication à cette décision d'interrompre la vente de ce vaccin de la famille Prevnar contre les infections invasives comme la pneumonie, qui affectait environ 14,5 millions de personnes en 2000, selon l'OMS, et a entraîné le décès de près d'un million d'enfants et de nourrissons.

"Après un examen minutieux de la situation, nous avons décidé de cesser les opérations commerciales des vaccins en Chine, avec effet immédiat", écrit dans un courriel une porte-parole.

Elle a toutefois indiqué que les autres activités de Pfizer, qui emploie plus de 9.000 personnes en Chine, selon son site internet, n'étaient pas affectées. La Chine, pays où Pfizer a investi plus d'un milliard de dollars depuis son arrivée en 1980, est le troisième plus gros marché du groupe américain après les Etats-Unis et le Canada.

Quelque 200 employés sont concernés mais le laboratoire affirme leur avoir proposé d'autres postes en interne.

GSK reconnu coupable de corruption

Ce revers intervient dans un contexte délicat pour les grands laboratoires pharmaceutiques en Chine qui ont de plus en plus de difficulté à obtenir le feu vert des autorités pour leurs médicaments.

En septembre dernier, le britannique GlaxoSmithKline (GSK), reconnu coupable de corruption, a été condamné par un tribunal à une amende de 3 milliards de yuans (378 millions d'euros), soit la pénalité la plus élevée jamais infligée par la justice chinoise à une entreprise.

En difficulté dans les pays occidentaux où ses brevets expirent les uns après les autres, Pfizer a réussi à limiter la casse grâce à ses ventes dans les pays émergents comme la Chine, où les dépenses de santé sont en train d'exploser. Le groupe américain assure qu'il est en discussion avec les régulateurs chinois pour pouvoir obtenir l'autorisation de reprendre la vente de ce vaccin "dès que possible".

En attendant, cette décision pourrait entraîner une pénurie. Les vaccins de la famille Prevnar ont généré 4,5 milliards de dollars de revenus l'an dernier, en hausse de 12%. Ils sont le deuxième contributeur au chiffre d'affaires après le traitement contre l'épilepsie Lyrica, selon le rapport annuel de Pfizer.

D. L. avec AFP