BFM Business

L’emblématique KraussMaffei passe sous pavillon chinois

KraussMaffei est un célèbre fabricant allemand de machines-outils.

KraussMaffei est un célèbre fabricant allemand de machines-outils. - Cristoph Stache - AFP

Le fabricant allemand de machines-outils vient d’être racheté par le groupe étatique ChemChina. Il s’agit du plus gros investissement jamais réalisé par une entreprise chinoise en Allemagne.

Entreprise symbole du "made in Germany", KraussMaffei va changer de mains. L’emblématique fabricant de machines-outils destinées à l'industrie du plastique va en effet passer sous pavillon chinois avec son rachat par le groupe étatique ChemChina, numéro un de la chimie dans l'Empire du Milieu. Le tout pour 925 millions d'euros.

China National Chemical Corp., connu sous le nom de ChemChina, a assuré dans un communiqué qu'il s'agissait du plus important investissement jamais réalisé en Allemagne par une entreprise chinoise. Ce mastodonte à capitaux publics dont la gestion dépend directement du gouvernement central a formé un consortium avec les fonds Guoxin International et AGIC Capital pour racheter KraussMaffei à la firme d'investissement canadienne Onex.

La croissance du groupe devrait s'accélérer

Produisant initialement des locomotives de train et des tanks, KraussMaffei s'est de son côté imposé dans la fabrication de machines-outils pour la production industrielle d'éléments en matière plastique. "En appartenant à ChemChina, nous nous attendons à ce que notre stratégie de croissance s'accélère considérablement, en particulier en Chine et en Asie, et à nous renforcer encore davantage en Allemagne et en Europe", a indiqué Frank Stieler, directeur exécutif de KraussMaffei, dans un communiqué distinct.

Le président de ChemChina, Ren Jianxin, s'est de son côté réjoui de cette acquisition qui, a-t-il affirmé, permettra à son groupe d'élargir la gamme de ses produits. Si l'opération est encore sujette à l'approbation des autorités de régulation, ChemChina s'est engagé à conserver l'actuelle équipe de direction de l'entreprise allemande, tout en maintenant son siège social à Munich, selon son communiqué.

Y.D. avec AFP