BFM Business

Il publie de faux avis sur internet et termine en prison

-

- - Pexels

Un tribunal italien vient de condamner pénalement le propriétaire d'un service qui commercialisait de faux avis sur internet à 8000 euros de dommages et intérêts et 9 mois de prison.

Acheter de faux avis positifs pour accroître sa notoriété sur des sites comme Tripadvisor ou Amazon. Une pratique qui tend à se répandre avec le développement des sites de notations et d'avis mais que la justice condamne avec de plus en plus de sévérité.

Mais la décision récente du tribunal italien de Lecce va peut-être faire office de jurisprudence en Europe. Le propriétaire italien du service PromoSalento qui commercialisait de faux avis en ligne vient d'être condamné pénalement à 9 mois de prison plus 8000 euros de dommages et intérêts, une première en Europe, indique le site Tripadvisor qui était partie civile au procès.

C'est d'ailleurs le site américain qui est à l'origine de l'enquête qui a mené à la condamnation de la société italienne. Une investigation qui a débuté en 2015 lorsque des restaurateurs italiens ont envoyé à Tripadvisor des mails échangés avec la société PromoSalento qui leur proposait d'améliorer leur classement sur le site avec de faux avis. Tripadvisor a découvert que des avis fictifs avaient réellement été produits sur son site pour faire la promotion de plusieurs centaines d'établissements. Des établissements sanctionnés par Tripadvisor qui les a rétrogradés avant de porter l'affaire devant la justice.

Quid de la France?

Cette décision pourrait-elle inspirer la justice française? Dans l'Hexagone, les faux avis sont traqués par la DGCCRF qui estime que 35% des avis sur internet sont non conformes. En 2015, le tribunal de Dijon a condamné un internaute qui avait rédigé un avis négatif sur un restaurant qui n'avait pas encore ouvert à 2500 euros de dommages et intérêts et 5000 euros de frais de justice. Mais il s'agissait d'un avis négatif émis avec intention de nuire.

Une loi de 2016 en application depuis le 1er janvier 2018 est venue renforcer l'arsenal législatif en matière de faux avis. Mais elle renforce la responsabilité des éditeurs de site comme Tripadvisor qui doivent faire preuve de transparence sur les avis édités. Aucune condamnation pénale n'a à ce jour été prononcée contra l'auteurs de faux avis en France. 

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco