BFM Business

Granjon (vente-privée.com): "pourquoi la France ne rayonne-t-elle pas plus?"

Jacques-Antoine Granjon était l'invité de BFMTV-RMC, ce mercredi 18 décembre.

Jacques-Antoine Granjon était l'invité de BFMTV-RMC, ce mercredi 18 décembre. - -

Le fondateur et PDG de vente-privée.com était l'invité de BFMTV-RMC, ce mercredi 18 décembre. Il est notamment revenu sur le modèle économique de l'e-commerce.

Avec l'arrivée des fête de fin d'année, les ventes du e-commerce explosent. Invité ce mercredi 18 décembre de BFMTV-RMC, le fondateur et PDG de vente-privée.com, Jacques-Antoine Granjon a ainsi indiqué que son groupe enregistre "150.000 commandes quotidiennes soit 125 camions semi-remorque" pour faire face aux grandes ventes "d'octobre, novembre et début décembre". Il vise un chiffre d'affaires d'1,6 milliard d'euros pour cette année.

> Le modèle du e-commerce

Jacques-Antoine Granjon a estimé que "la star n'est pas le e-commerce, c'est l'offre et la capacité des marques". "De plus, "l'e-commerce, depuis 15 ans remet le client au centre", a-t-il ajouté. "Les clients qui viennent chez vous, si vous ne les gâtez pas ils ne reviennent plus".

Il a ensuite estimé que dans les 15 prochaines années, "les marques et les distributeurs auront appréhendé le e-commerce". "Aujourd'hui il appartient aux gens venus du digital, du marketing. La réalité est que cette période est finie, le e-commerce sera un canal de distribution qui appartiendra aux grands marques de distribution qui vont le mettre en place petit à petit".

> Une Europe à "8 ou 10"

"D'un côté les gens disent qu'il faut plus d'Europe avec une nécessaire course en avant. De l'autre certains disent qu'il faut fermer les frontières et repasser au franc. L'un comme l'autre est absurde", a-t-il avancé.

"La réalité est qu'il faut une Europe consolidée qui repart de la base" a-t-il jugé, considérant qu'il faut une Europe "à huit, neuf ou dix pays avec éventuellement la Grèce car elle a inventé la démocratie".

De là "nous faisons un marché de 200 à 250 millions de personnes avec les mêmes règles fiscales et sociales", a-t-il conclu.

> La fiscalité en France

Le patron de vente-privée.com a jugé que "les entreprises qui ne donnent pas de dividendes devraient être moins imposées". L'entreprise est l'endroit où s'exerce la formation, où l'on crée de la richesse", argumente-t-il.

Il a ensuite dénoncé le fait "que vente-privée. com paie en France plus d'impôts" que plusieurs géants étrangers du web réunis, citant "Facebook, Apple, Amazon et eBay". "En conséquence, il y a une concurrence déloyale" a-t-il poursuivi d'autant plus que ces entreprises "agissent dans la légalité". "Elles ont ainsi plus de moyens pour embaucher les talents nouveaux et investir sur l'avenir", a-t-il avancé.

Néanmoins, Jacques-Antoine Granjon a considéré que la "France est le pays où il y a tous les talents. On sait tout faire de l'alimentaire jusqu'à la haute technologie". Il s'est interrogé "pourquoi ne rayonne-t-on pas plus grâce au digital et à nos talents?".

L'homme d'affaires a également indiqué qu'il ne vendrait pas son entreprise "avant des années".

> Xavier Niel "l'aggressif"

Le fondateur de Free, avec qui Jacques-Antoine Granjon participe au financement de start-ups, se livre actuellement à des passes d'armes par médias interposés, notamment avec le PDG d'Orange, Stéphane Richard. Ce dernier a notamment déclaré au Figaro que Xavier Niel est "agressif et prétentieux".

"La seule chose où Xavier Niel est agressif, ce sont ses prix", a déclaré à ce sujet, le fondateur de venteprivée.com.

J.M.