BFM Business

Gad: une réunion d'urgence à Matignon pour sauver la filière bretonne

Gad doit supprimer 889 emplois pour continuer à exister.

Gad doit supprimer 889 emplois pour continuer à exister. - -

Le ministre délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garot a indiqué à l'AFP, ce lundi 14 octobre, qu'une réunion d'urgence sur la filière bretonne sera tenue mercredi 16 octobre à Matignon.

L'exécutif prend le dossier Gad à bras le corps. Ce lundi 14 octobre, le ministre délégué à l'Agroalimentaite, Guillaume Garot, a indiqué à l'AFP qu'une réunion d'urgence sur la filière agricole bretonne sera tenue mercredi, après le Conseil des ministres. Déjà à la pein, le secteur a connu un nouveau coup dur avec la suppression de près de 900 emplois dans les abattoirs Gad, dans le Finistère.

"Cette réunion portera sur la Bretagne et en particulier sur l'agroalimentaire et l'agriculture, pour à la fois traiter l'urgence, avec la situation douloureuse dans le Finistère, et envisager l'avenir", a expliqué Guillaume Garot.

Outre ce dernier, Michel Sapin, Stéphane Le Foll, Arnaud Montebourg ainsi que "les bretons" du gouvernement, Marylise Lebranchu (Fonction publique) et Jean-Yves Le Drian (Défense), participeront à cette réunion.

"Une réunion de combat"

"C'est une réunion de travail, de combat, pour apporter des réponses", a-ajouté Guillaume Garot, précisant que la tenue de cette réunion s'était décidée dans le week-end.

Samedi 12 octobre, Jean-Marc Ayrault avait déjà promis de mettre en oeuvre "tous les moyens" du gouvernement pour aider les salariés des abattoirs Gad touchés par les réductions d'effectifs. Il évoquait alors "un nouveau choc pour la Bretagne".

La veille, le tribunal de commerce de Rennes avait validé le plan de continuation de l'entreprise, qui prévoit la suppression de 889 emplois. Le tribunal avait le choix, soit de valider le plan de continuation, soit de prononcer la liquidation judiciaire, un séisme qui aurait touché alors les 1.700 salariés du groupe.

J.M. avec AFP