BFM Business

Fujifilm: de la pellicule photo aux médicaments contre Ebola

Avigan est, à l'origine, un médicament contre la grippe.

Avigan est, à l'origine, un médicament contre la grippe. - Kazuhiro Nogi - AFP

L'Avigan, un médicament de Fujifilm contre la grippe, pourrait aider à lutter contre Ebola. Une reconversion incroyable mais réussie pour ce grand nom de la photo argentique.

Le changement est étonnant. Fujifilm, le fabricant de pellicules photos a su se reconvertir dans le domaine de la santé. Il produit l'Avigan, un médicament destiné à l'origine à lutter contre la grippe, mais prometteur pour lutter contre le virus Ebola.

"Les résultats ont dépassé nos attentes", confie Yuzo Toda, un des vice-présidents de Fujifilm lors d'un entretien à l'AFP, le premier accordé à la presse depuis la publication des données préliminaires d'un essai clinique mené en Guinée.

Son atout, selon Fujifilm, est d'empêcher la duplication du virus à l'intérieur des cellules infectées, alors que les traitements classiques se bornent à bloquer la libération des particules virales.

Une singularité qui a mis la puce à l'oreille d'instituts de recherche en quête de remède contre Ebola, en train de faire des ravages en Afrique de l'Ouest (quelque 9.177 morts sur 23.000 cas recensés depuis début 2014, pour la plupart au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée).

Il mise sur les cosmétiques et les médicaments

La reconversion de Fujifilm, firme nippone de près de 80.000 salariés et née en 1934, a été entamée de longue date. Face au déclin de la photo argentique, le groupe japonais a entrepris dès les années 2000 son virage vers le monde de la santé. Il s'est spécialisé tout naturellement au départ dans l'imagerie médicale, radiographie, mammographie. Il mise aujourd'hui sur les cosmétiques et les médicaments.

Il a notamment développé une ligne de produits anti-âge, Astalift, grâce sa connaissance du collagène. Un secteur porteur, selon son PDG, face au vieillissement de la population. Une diversification rendue possible à coup d'acquisitions: 5 milliards d'euros d'investissements au total, et 3 milliards de plus d'ici 2017.

La branche santé du groupe représente désormais près de 20% de son chiffre d'affaires, et ses ventes devraient doubler d'ici 4 ans. Le domaine de la photo, qui a fait connaître le groupe, n'est plus une priorité.

Hélène Cornet avec AFP