BFM Business

Fini le flou autour de l’origine des miels

-

- - GEORGES GOBET / AFP

Le gouvernement va publier un décret pour obliger les producteurs de miel à afficher la provenance de tous les miels présents dans leurs pots. De quoi permettre au consommateur de bien distinguer le miel 100% français des mélanges.

Fini le flou autour de la provenance du miel vendu en supermarché. Aujourd’hui, même étiquetés "made in France", les pots contiennent bien souvent un mélange de miels dont la majeure partie vient de pays étrangers. Bientôt, leurs étiquettes devront le préciser, comme le demandaient les apiculteurs français depuis des mois, pour bien différencier le "vrai" miel produit dans l’Hexagone de ces succédanés.

Le gouvernement a annoncé ce jeudi être en train de préparer un décret rendant obligatoire l'étiquetage de tous les pays d'origine des miels. Concrètement, le décret va obliger les fabricants de miel à "renforcer l'information des consommateurs sur l'origine des miels issus de mélanges et conditionnés en France", ont écrit dans un communiqué commun les ministères de l'Économie et de l'Agriculture.

Des mélanges et du sirop de sucre

Jusqu’à présent, la réglementation permettait d’afficher des mentions qui ne voulaient pas dire grand-chose, comme "miels originaires de l'Union européenne" ou "miels non-originaires de l’Union européenne", ou encore "miels originaires et non-originaires de l’Union européenne".

Lorsque le décret sera paru, "les mélanges de miels commercialisés en France devront préciser sur leur étiquette la liste exhaustive des pays d'origine des miels les composant", précise le communiqué. Chaque pays devra apparaître dans l’ordre de son importance dans le mélange. Et "les pays dont sont originaires plus de 20% des miels du mélange seront mis en évidence".

À ce titre, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, a multiplié les contrôles chez les producteurs de miel ces deux dernières années. Dans un cas sur trois, elle a recensé des anomalies. Majoritairement peu graves, comme l'absence de mention de l’origine du miel ou de sa date de péremption. Mais sur 300 établissements contrôlés, 23 cas ont donné lieu à des procès-verbaux transmis à la justice pour des fraudes autrement plus sérieuses. La DGCCRF a par exemple trouvé des miels estampillés "France" dont les pollens révélaient qu’ils venaient en réalité de Chine ou d’Italie. Ses experts ont aussi recensé plusieurs cas d’ajout de sirop de sucre au miel.

Le gouvernement doit encore obtenir l’aval de Bruxelles pour publier son décret. Une simple formalité puisque d'autres pays de l'Union imposent déjà l'affichage obligatoire sur les pots du pourcentage de chaque miel en fonction du pays d'origine. En l'occurrence l'Italie, la Grèce et l'Espagne. En France, les nouvelles règles devraient donc entrer en vigueur en janvier 2020.

Nina Godart avec agences