BFM Business

Et si au lieu d'acheter, on partageait?

La 5ème édition des tendances de la consommation durable dévoilés par Mes Courses pour la Planète révèlent que plutôt de passer à la caisse, de plus en plus de Français partagent des objets.

La 5ème édition des tendances de la consommation durable dévoilés par Mes Courses pour la Planète révèlent que plutôt de passer à la caisse, de plus en plus de Français partagent des objets. - Marcel Mochet - AFP

Vouloir faire des économies ne signifie pas pour autant négliger sa santé et  son bien-être. Ce sont les grands enseignements de la 5ème édition des Tendances de la consommation durable dévoilées ce mercredi 4 février. L'économie collaborative gagne ainsi du terrain.

Le pouvoir d'achat des Français se contracte, il faut donc trouver de nouveaux mode de consommation, comme l'économie collaborative. En 2014, elle représentait 20 milliards d'euros dont 2,7 milliards pour les particuliers.

Elisabeth Laville, qui a créé Mes Courses pour la Planète et cet observatoire de la consommation responsable, met en avant la puissance d'internet qui ne cesse d'accentuer un phénomène qui existait finalement depuis des années.

Qui n'est pas allé frapper à la porte de son voisin pour demander une perceuse ou un tir-bouchon ? Les voisins sont parfois un peu plus loin et la variété des objets prêtés prend de l'ampleur. C'est le cas du covoiturage. L'an dernier BlaBlaCar a permis à 1,2 million de personnes de se déplacer, l'équivalent de 4.000 TGV.

Elisabeth Laville rappelle d'ailleurs qu'il ne s'agit nullement à l'origine d'une innovation environnementale. Dans le même temps, l’ADEME estime qu'en moyenne, le rejet d’1 à 1,2 tonne de CO2 est évité par an et par "covoitureur". Ne plus acheter sa voiture séduit la jeune génération et provoque le succès de Lyft et ses moustaches roses ou encore Uber qui fait grincer des dents. De nouvelles modèles apparaissent: LuckyLoc propose de bénéficier d'une location à 1 euro pour ramener un véhicule à un loueur traditionnel. Carnomise est un service de location de voitures entre particuliers au départ des aéroports. Pendant que vous bronzez, votre voiture vous rapporte de l'argent. Les plus grands noms ont compris qu'il ne fallait pas rester sur le bas côté: la SNCF a lancé le covoiturage courte distance avec iDVroom.com et Audi propose à ses clients d'acheter une voiture puis de se créer son réseau pour la partager.

Près de 4 millions de fidèles

L'économie du partage n'en reste pas là. Le secteur de l'énergie est lui-même concerné à travers les achats groupés. C'est ainsi que Lampiris a remporté pour la deuxième année consécutive la campagne "Gaz moins cher ensemble" d'UFC-Que Choisir. "Soyons plus pour payer moins c'est un peu la devise", explique Elisabeth Laville mais "pas seulement car c'est l'association de consommateur qui définit les règles." 170.000 clients ont été séduits. Selectra, service dédié aux achats groupés du comparateur n°1 des offres d'énergie en France, vient aussi de négocier avec Direct Energie le premier achat groupé de gaz et d'électricité, de quoi réduire la facture d'énergie de 186 euros par an. C'est une première en France. Les sites d'échange d'objets divers et variés se multiplient. Le Bon Coin reste leader mais des nouveaux entrent dans la danse comme Place de la Loc. Faut-il rappeler que chacun ne se sert que 8 minutes dans sa vie d'une perceuse ? 3,8 millions de français sont déjà adeptes des pratiques de location d’objets ou de voitures entre particuliers.

Découvrir ses voisins

Là encore, les plus grands noms ont décidé de faire évoluer leurs métiers. C'est le cas de Seb qui propose aussi de la location de matériel. Elisabeth Laville témoigne des réflexions de Joël Tronchon le nouveau directeur du développement durable de Seb qui explique que cette nouvel orientation va contraindre le groupe à travailler différemment. Une réflexion doit être engagée aussi sur la fabrication des objets. Certains, comme l'appareil à raclette (pour ne citer que celui-ci en plein hiver) ne seront plus utilisés occasionnellement mais plus certainement tous les jours. Les exigences de qualité seront donc plus forts.

L'économie du partage est associée de plus en plus à l'idée de rompre l'isolement en particulier en ville. Paradoxalement ce sont les réseaux sociaux qui nous permettent de découvrir ou redécouvrir nos voisins. Mon p ti voisinage est le 1er réseau social de proximité. Les Petits Frères des pauvres ont lancé Voisin-âge pour rapprocher des personnes âgées des plus jeunes. Cookening offre la possibilité à des inconnus de cuisiner ensemble ou Kawaa de prendre un café. Mais les modèles économiques sont loin de faire leurs preuves.

Et une santé de fer

L'environnement dans ce contexte ne doit plus apparaître comme une contrainte. C'est ainsi qu'a fleuri l'idée de rémunérer le bon geste. On l'a vu avec Canibal et sa machine qui collecte les gobelets, les bouteilles et les canettes de façon ludique. A la clé, un bon de réduction ou encore un coupe-file. Le groupe se développe et compte lever 2 millions d'euros.

En Russie, Alfa Bank a eu l'idée de récompenser la marche à pied ou la course. Le concept consiste pour le client à associer son compte bancaire à son appareil de suivi d'activité physique. Chaque mouvement capté donnera lieu à un transfert automatique d'un peu d'argent sur un compte d'épargne. Le client le définit à l'avance. Il est rémunéré à un taux d'intérêt particulièrement attractif. La santé et le bien-être sont d'ailleurs les grandes tendances dans la consommation. Les Français sont gagnés par l'envie de manger mieux, pas cher pour autant et surtout de ne pas être contraint de se soigner mais de prévenir avant tout. Les objets connectés font fureur à l'image de Withings. Axa a décidé de proposer une offre nouvelle avec le spécialiste français des objets connectés. Le système est simple: si vous souscrivez à la nouvelle complémentaire santé "Modulango" vous recevez un appareil "Withings Pulse" de mesure de la marche à pied. A chaque fois un défi.. Si vous maintenez une activité régulière, à savoir au moins 7.000 pas par jour pendant un mois vous remporterez des chèques cadeau, à valoir sur des soins de médecine douce. Et les coachs se multiplient à l'image de Betterise.me ou encore monstade.fr. Le numérique est plus généralement déjà en train de changer le monde de la santé.

Nathalie Croisé