BFM Business

Eram veut redevenir tendance avec ces baskets connectées à 289 euros

-

- - Eram

De plus en plus concurrencée par les sites de e-commerce, l'enseigne populaire de chaussures qui fête ses 90 ans tente un audacieux coup de com avec des baskets connectées et made in France mais vendues très cher.

"Il faudrait être fou pour dépenser plus". Dans les années 80, Eram s'était fait le chantre du meilleur rapport qualité-prix dans ses publicités très appréciées par les consommateurs. En 2017, changement d'ambiance pour la marque qui fête ses 90 ans. Eram vient en effet d'annoncer le lancement de Choose, la chaussure de sport connectée conçue en partenariat avec l'agence marketing Phocéis. Son prix de vente: 289 euros.

Dévoilées en 2016, les baskets disposent d'une bande sur le côté capable de changer de couleur. Composée de fibre optique, la bande est reliée à une LED multicolore alimentée par un module électronique dissimulé dans la semelle. La LED communique en bluetooth avec le smartphone. Une application spécialement conçue par Phocéis permet de changer la couleur de la bande grâce à un nuancier ou bien en prenant en photo n'importe quelle couleur (un vêtement, du vernis...). L'application dispose par ailleurs d'un mode musical qui permet à la chaussure de changer de couleur en rythme avec la musique.

Bref, un gadget amusant qui n'a surtout mis à contribution que des entreprises françaises. L’industrialisation a été faite en partenariat avec le bureau d’étude du groupe Eolane pour la partie R&D, et avec La Cité de L’Objet Connecté à Angers pour la partie prototypage et fabrication électronique. L’intégration du module électronique et la fabrication de la chaussure ont, elles, été faites dans l’atelier Eram de Montjean-sur-Loire.

Au total, ce sont 150 paires en série limitée et numérotées qui seront proposées avec une commercialisation exclusive dès la rentrée 2017 dans le magasin Eram de Paris Forum des Halles et sur le site de vente d'Eram.

-
- © -

Une conception et une fabrication made in France qui ont tout de même un prix puisque la paire frôlera les 300 euros. Du jamais vu pour Eram. Fondée en 1927 dans le Maine-et-Loire par Albert-René Biotteau et son épouse Marie-Josèphe Guery (le nom Eram est l'anagramme inversée des deux premières lettres de leurs prénoms), Eram est devenu dans les années 60 le premier fabricant de chaussures en France grâce à une stratégie industrielle très poussée. La marque sera au plus fort à la tête d'une dizaine d'usines en France. À l'origine de nombreuses inventions comme le Plastiflor, la matière plastique directement injectée dans la semelle, Eram a toujours visé un très large public avec ses tarifs très attractifs.

Zalando, Spartoo, fossoyeurs d'Eram?

Après s'être fortement diversifié dans le textile en lançant l'enseigne Gemo et en rachetant Tati en 2004, Eram a délocalisé sa production dans les années 90 (Italie, Portugal puis Chine et Hong-Kong), participant au déclin de l'industrie de la chaussure en France. Une stratégie de bas coûts qui a néanmoins montré ses limites avec la montée en puissance du e-commerce à la fin des années 2000. Devant l'émergence de sites comme Zalando et Spartoo, Eram crée en 2009 son site marchand pour relancer des ventes déclinantes. Depuis quelques années, le groupe tente de relancer l'industrie de la chaussure en France et de rajeunir son image. Débauché de chez André en 2013, François Feijoo, le directeur général d'Eram multiplie les services digitaux (click and collect, e-reservation...), a participé à la création d'une formation aux métiers de la chaussure, a rénové l'ensemble du parc de magasins et tente donc avec ces Choose de séduire un public urbain et branché. Un pari audacieux avec un produit relativement anecdotique et vendu à un prix très éloigné des standards de la marque.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco