BFM Business

Emmanuel Grenier (Cdiscount): "300 millions d'euros pour développer la marketplace et l'offre B2B"

Cdiscount (Groupe Casino) procède à une augmentation de capital de 300 millions d'euros. D'après son PDG, l'objectif est avant tout d'accélerer les investissements dans la marketplace en France, 50% des ventes de l'enseigne, et soutenir le développement de son offre B2B.

Avec un e-commerce boosté par la crise sanitaire, Cdiscount a le vent en poupe. Aujourd'hui valorisée à près de 4 milliards d'euros, la plateforme de e-commerce, qui revendique 10 millions de clients et appartient au groupe Casino, procède à une augmentation de capital de 300 millions d'euros.

"Ces 300 millions, c'est fait pour l'accélération du développement et il y a deux priorités: la première c'est l'accélération de la marketplace en France, qui fait quasiment 50% de nos ventes en France aujourd'hui, et la deuxième c'est de soutenir le développement de notre offre B2B de marketplace: on a mis sur le marché cette offre pour que les sites de e-commerce puissent accélérer leur martketplace ou en créer une", explique Emmanuel Grenier, PDG de Cdiscount, et invité de Good Morning Business ce mardi 8 juin.

Pour lui, la marketplace "répond surtout à une demande des clients, avec des centaines de milliers voire des millions de références différentes".

"On voit que dans le marché aujourd'hui, ce sont les marketplaces qui croissent, deux, trois fois plus vite que les sites classiques. Et quand on interroge les entrepreneurs, ceux qui ont leur site de e-commerce, 80% veulent avoir une marketplace", souligne Emmanuel Grenier.

Modèle hybride

Toutefois, Cdiscount n'a pas vocation à devenir une "place de marché" à 100%, optant plutôt pour un modèle hybride, comme un certain Amazon.

"Notre objectif, c'est d'atteindre 60% des ventes en 2025 (via la marketplace). On ne sera jamais complètement une marketplace, on est un modèle hybride fait de nos ventes en propre (...) et de marketplace. Parce que ces deux modèles ont des objectifs différents: la marketplace vous apporte une longueur d'offre et de la profitabilité, quand vous travaillez avec les ventes en propre, vous travaillez avec les marques, vous avez les innovations produits, vous avez les promotions, vous avez les volumes, ça vous apporte du trafic. Donc les deux sont complémentaires."

Des clients "digitalisés" à long terme

Mais cette tendance favorable sur la croissance des ventes en ligne va-t-elle se poursuivre avec le déconfinement engagé en France notamment et dans de nombreux pays?

"Ce qu'on voit, c'est qu'il y a des tendances de fond de digitalisation, dans le e-commerce ou dans d'autres secteurs digitaux, qui font que les clients ont basculé et ont changé leurs habitudes sur le long terme. On voit qu'on a recruté des clients l'an dernier et que ces clients reviennent", note Emmanuel Grenier.

En 2020, Cdiscount a réalisé un chiffre d'affaires de 4,2 milliards d'euros, et vise 12 milliards d'euros en 2025.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto