BFM Business

Échec de l'OPA de Lactalis sur Parmalat

Échec de l'OPA de Lactalis sur Parmalat

Échec de l'OPA de Lactalis sur Parmalat - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le groupe laitier n'est pas parvenu à atteindre les 90% du capital de sa filiale italienne.

Le géant laitier français Lactalis n'a recueilli, au terme de son OPA, que quelque 1,85% du capital de Parmalat, sous la barre des 90% qui lui aurait permis le retrait de sa filiale italienne de la Bourse de Milan, selon des documents publiés mardi par cette dernière. Plusieurs actionnaires minoritaires, dont le fonds Amber Capital, avaient dénoncé le prix proposé par Lactalis, le jugeant trop bas..

Le groupe français, qui contrôlait avant cette OPA 87,74% du capital de Parmalat, n'a obtenu que 34,35 millions d'actions, soit moins que les 39,85 millions nécessaires pour atteindre 90% du capital. Étrangement, cette OPA a été menée à un prix inférieur au marché, ce qui a limité l'intérêt des investisseurs. En effet, après l'annonce par Lactalis de cette opération le 27 décembre, le titre Parmalat a bondi. Conséquence: quand l'OPA a débuté le 6 février, l'action évoluait autour de 3 euros, avant de baisser à 2,9 euros, alors même que Lactalis n'offrait que 2,80 euros. Les actionnaires gagnaient ainsi plus en vendant leurs actions sur le marché.

Après quatre semaines d'opération, Lactalis s'est finalement résolu le 9 mars à augmenter à trois euros le prix offert, face aux faibles adhésions récoltées et aux critiques exprimées par certains actionnaires minoritaires et certains courtiers ou analystes, comme Kepler Cheuvreux. Mais, porté par cette augmentation, le titre est alors passé au-dessus de 3 euros.

P.L avec AFP