BFM Business

Des voitures électriques Autolib d'occasion vendues à 3700 euros

Depuis l'été environ 3.500 Bluecar ont été stockées dans les locaux de l'ancienne usine Matra de Romorantin-Lanthenay, sur les 4.000 que comptait le service Autolib.

Depuis l'été environ 3.500 Bluecar ont été stockées dans les locaux de l'ancienne usine Matra de Romorantin-Lanthenay, sur les 4.000 que comptait le service Autolib. - Eric Piermont-AFP

La première vente aux particuliers d'un cinquantaine de voitures électriques d'occasion de l'ex-service Autolib à Paris, a lieu ce samedi en Sologne à Romorantin (Loir-et-Cher). La mise en vente est au prix de 3700 euros.

Cinquante voitures électriques utilisées par feu le service Autolib du groupe Bolloré vont connaître une deuxième vie. Elles vont être mises en vente au prix fixe de 3700 euros, a confirmé le garage Caravec situé en Sologne à Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher). Le garage n'a pas voulu confirmer si d'autres ventes auraient lieu ni les conditions de cette vente. Depuis l'été environ 3.500 Bluecar usagées ont été stockées dans les locaux de l'ancienne usine Matra de Romorantin sur les 4000 que comptait Autolib.

Alors que les automobilistes sont de plus en plus énervés par les hausses successives du carburant, cette vente pourrait susciter une certaine affluence en raison de la notoriété des voitures, du prix attractif et d'une autonomie électrique théorique annoncée de 250 km.

Des voitures au design italien Pininfarina

Ces petites voitures, dessinées par le styliste italien Pininfarina, avaient été mises à la disposition des parisiens puis des franciliens en 2011 dans le cadre d'un accord entre le constructeur, une société du groupe Bolloré, et un syndicat mixte composés de 103 communes franciliennes.

Au plus haut de son fonctionnement, Autolib comptait 150.000 abonnés mais a dû faire face à un changement des façons de se déplacer, avec les vélos électriques, les VTC et la location de véhicules privés. Sans compter son image dégradée et ses voitures souvent sales. Le syndicat intercommunal avait résilié ce contrat en juin dernier. Le réseau avait fonctionné jusque fin juillet.

F.Bergé avec AFP