BFM Business

Denis Gargaud: "Entreprendre devrait être une discipline olympique"

Denis Gargaud a racheté avec un associé la société anglaise Mulebar en 2015.

Denis Gargaud a racheté avec un associé la société anglaise Mulebar en 2015. - BFMTV

Sacré champion olympique de canoë-kayak slalom aux JO de Rio, Denis Gargaud est aussi chef d’entreprise, co-propriétaire de la société Mulebar.

Surfant sur l'eau quand il revêt sa tenu de céiste, Denis Gargaud peut aussi se retrouver sous l'eau quand il a sa casquette d'entrepreneur. À 29 ans, le jeune Français réussit pour l'instant à mener ses deux carrières de front, et ce sur le chemin du succès. Déjà sacré champion du monde en monoplace en 2011, Denis Gargaud vient de remporter la médaille d'or de canoë-kayak slalom aux Jeux olympiques de Rio. Dans le même temps, il est co-propriétaire de la société de production et de distribution de barres énergétiques naturelles Mulebar. Présente dans 14 pays, son entreprise espère réaliser un chiffre d’affaires de 800.000 euros pour 2016.

Invité sur le plateau de Stéphane Soumier ce lundi 22 août, le jeune céiste estime que les deux carrières relèvent du même combat:

"Être champion olympique demande une préparation mentale de dingue. Être entrepreneur, c’est exactement pareil. (...) Pour moi, [la carrière sportive et l'entrepreneuriat] c’est une seule et même direction."

Dans la comparaison, Denis Gargaud va même loin:

"Entreprendre devrait être une discipline olympique. C’est dingue ce job", lâche-t-il sur BFM Business. 

"Ma vie d’entrepreneur m’aide pour le sport"

Sa vie d'entrepreneur est intimement liée à celle de sportif: l'athlète a créé sa première société afin de gérer ses contrats d’image de sportif de haut niveau. C'est là qu'il fait le lien:

"Je me suis très vite rendu compte que cela (gérer une entreprise, ndlr) demandait une certaine rigueur équivalente à l’entraînement, à la compétition. J’ai retrouvé le fait de savoir s’adapter dans un environnement sous pression.

À écouter Denis Gargaud, il semblerait même que l'entrepreneuriat soit devenu une force dans sa vie de sportif: 

"Ce que je trouve génial, c’est que ma vie d’entrepreneur, les dossiers et les situations de crise que je gère m’aident pour le sport. Quand je suis au départ d’une compétition importante, je réussis à être relâché parce qu'alors, ça devient facile."

Mais comment peut-on gérer deux activités aussi prenante en même temps? Denis Gargaud garde son secret pour lui, tout en indiquant qu'il ne réside pas dans le fait de déléguer: "Déléguer je ne peux pas trop, mon entreprise ne me permet d’avoir assez de revenus pour pouvoir employer", précise sur ce point celui qui a investi dedans tout ce qu'il a gagné grâce au sport. De quoi se mettre la pression de la réussite sur les deux tableaux.
Ma. G.