BFM Business

Comment les Gitanes brunes sont devenues les cigarettes les plus chères en France

Les Gitanes brunes ont été des cigarettes populaires. Elles sont devenues bien plus chères que les Marlboro et ce n'est qu'un début.

Les Gitanes brunes ont été des cigarettes populaires. Elles sont devenues bien plus chères que les Marlboro et ce n'est qu'un début. - Frédéric Brown - AFP

Qui aurait imaginé qu’un jour, les Gitanes seraient les cigarettes les plus chères de France? Le 1er mars, le prix du paquet passera à 9 euros soit un euro de plus que les Marlboro, dont la maison-mère a préféré rogner ses marges plutôt que de perdre des parts de marché en augmentant les prix.

En 2016, Marisol Touraine, à l’époque ministre de la Santé, voulait faire interdire les Gitanes car elles utilisaient une image féminine. Ce ne sera pas utile, pour dissuader les fumeurs de brunes de les acheter car en devenant progressivement les cigarettes les plus chères du marché, elles ont fait fuir une bonne partie de leurs clients. "Nous avons arrêté d’en vendre il y a déjà un an faute de clients", nous a expliqué ce débitant de tabac d’Issy-les-Moulineaux. "Nous n’avions plus que deux clients qui en achetaient". L’âpreté du tabac brun n’explique pas tout. En fait, ces cigarettes populaires sont peu à peu devenues les plus chères de France au point de faire passer les fumeurs à des blondes fortes et moins chères comme les Marlboro.

L’écart de prix entre les brunes françaises et les blondes américaines va encore s’agrandir. Avec la prochaine hausse du prix des cigarettes qui sera appliquée le 1er mars, les Gitanes passeront à 9 euros ce qui en fera définitivement la marque la plus chère de France.

Loin derrière, Philip Morris, le groupe qui distribue Marlboro, a décidé de ne pas appliquer la hausse, préférant rogner ses marges pour conserver un tarif compétitif et ses parts de marché. Selon l'arrêté d'homologation des prix publié dimanche, le paquet de 20 Marlboro rouge et gold, qui était à 7,30 euros, va passer à 8 euros. Soit une hausse de 70 centimes, contre un euro en moyenne.

Un leader "effrayé" à l'idée de perdre des parts de marché

Le paquet de Marlboro se retrouve ainsi au même prix que les Camel (Japan Tobacco International) et les Gauloises blondes (Seita, filiale française du britannique Imperial Tobacco, groupe Imperial Brands qui détient aussi Gitanes) alors qu'il était jusqu'ici 30 ou 40 centimes plus cher.

Dès lundi, certains cigarettiers ont critiqué la décision de Philip Morris. "On constate que le leader Marlboro a décidé de rogner énormément sur ses marges, il perd beaucoup d'argent mais sa volonté, effrayé à l'idée de perdre des parts de marché, est de compresser le marché", analyse une source du secteur, souhaitant garder l'anonymat. Selon cette source, "cela va à l'encontre de la politique de santé publique puisque ça va influencer les autres cigarettiers à ne pas augmenter leurs prix".

"Le marché vit un véritable bouleversement avec des augmentations de prix sans précédent depuis 15 ans. British American Tobacco (BAT) a tenu compte du souhait affiché du gouvernement en opérant une augmentation d'un euro en moyenne sur son portefeuille de cigarettes, ce qui n'a pas été le cas de tous les industriels", regrette également Eric Sensi-Minautier, directeur des affaires publiques de BAT, quatrième sur le marché français des cigarettiers.

Augmenter les prix entraîne une baisse des ventes

Selon une autre source, "c'est une vraie préoccupation pour le secteur car l'écart de prix entre les marques haut de gamme et entrée de gamme est très écrasé: auparavant, il y avait 50 centimes entre le haut et le bas du marché, dès le 1er mars cela baisse à 20 centimes, voire à égalité si on compare le prix du paquet de Marlboro et de Camel, à 8 euros tous les deux, du jamais vu", martèle-t-elle.

Du côté des professionnels de santé, on se félicite malgré tout de l'augmentation généralisée des prix. Le Pr Bertrand Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, assure ainsi qu'"une augmentation des prix des cigarettes de 10% ne peut entraîner qu'une diminution des ventes, c'est obligatoire".

L'objectif du gouvernement est d'amener progressivement le prix du paquet de cigarettes à 10 euros d'ici 2020. Le tabac est jugé responsable de plus de 70.000 morts par an en France. D'après un communiqué des Douanes, au 1er mars, "le prix du paquet de 20 cigarettes augmente, en moyenne, de presque 1 euro (94 centimes). Les prix homologués des paquets de 20 cigarettes s'établissent entre 7,50 euros et 9,10 euros". 9,10 euros, c’est le prix qu’il faudra payer pour un paquet de Gitanes Bleu Nuit qui deviendront plus que jamais le haut de gamme des bureaux de tabac.

Pascal Samama avec AFP