BFM Business

Comment Carrefour lutte contre le gaspillage alimentaire

Carrefour a décidé d'allonger les dates limites de consommation de 350 produits.

Carrefour a décidé d'allonger les dates limites de consommation de 350 produits. - Boris Horvat - AFP

Pour réduire le gaspillage dans ses magasins, Carrefour a décidé de jouer sur les dates limites de consommation. Sur certains produits de sa marque, elles vont être allongées et même disparaître sur d'autres.

La chasse au gaspillage est lancée. Les grandes surfaces pourraient ne plus avoir avoirs le droit de jeter les invendus. C'est l'une des préconisations de l'ancien ministre Guillaume Garot dans un rapport rendu mardi 14 avril. Les distributeurs ont déjà mis en place des mesures pour limiter le gaspillage. Selon nos informations, Carrefour a décidé d'allonger les dates limites de consommation de 350 produits sous marque distributeur.

Carrefour a fait faire des analyses et s'est rendu compte que pour les yaourts nature par exemple, allonger d'une semaine la date limite de consommation n'avait aucune incidence sur la qualité des produits. 165 références maison vont ainsi voir leur date limite de consommation rallongée. Même chose pour les produits secs comme les chips, les lentilles ou les compotes de fruits.

Carrefour va même totalement les supprimer pour 50 références comme le sucre, le sel ou le vinaigre. Le groupe est l'un des plus investis dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. L'an dernier, il a donné aux associations l'équivalent de 77 millions de repas. L'idée étant tout de même de limiter les invendus. En amont, 18 coaches anti gaspi ont été nommés. Ils sillonnent les régions depuis un an pour identifier avec les directeurs de magasins, les axes d'amélioration dans la gestion des stocks.

Chacun est responsable

Que les grandes surfaces fassent un pas en avant pour lutter contre le gaspillage alimentaire est une bonne chose, mais pour Yves Puget, le directeur de la rédaction de LSA (une revue hebdomadaire spécialisée dans la grande distribution), "il ne faut pas jeter un secteur économique sur la place publique en disant : c'est le grand responsable". Il rappelle en effet, que le gaspillage alimentaire atteint 6 millions de tonnes tous les ans à la maison.

"Est-ce que un politique n'aurait pas pu se poser la question au niveau des cantines scolaires, au niveau des universités, au niveau des ministères, au niveau de l'administration, au niveau de l'armée, quel est la gabegie alimentaire?"

Hélène Cornet avec BFMbusiness.com