BFM Business

Coca-Cola va supprimer jusqu'à 1.800 postes dans les prochains mois

Coca Cola va mener son plus important plan de restructuration en près de 15 ans

Coca Cola va mener son plus important plan de restructuration en près de 15 ans - Parkash Singh - AFP

Le géant américain a annoncé ce jeudi 8 janvier le lancement dans les prochains mois de sa plus importante restructuration en près de quinze ans. Entre 1600 et 1800 emplois vont ainsi être supprimés au niveau mondial.

Coca-Cola va tailler dans ses effectifs. Une porte-parole du géant américain a ainsi annoncé ce jeudi 8 janvier que le groupe va supprimer "dans les prochains mois" 1.600 à 1.800 emplois.

"A ce jour, nous avons identifié entre 1.600 à 1.800 postes (...) qui seront supprimés dans les prochains mois" dans le monde, a plus précisément indiqué Ann Moore, dans un courrier à l'AFP. Il s'agit du plus important plan social engagé par le groupe d'Atlanta depuis 2000, quand il avait supprimé plus de 5.000 postes après des bénéfices et ventes décevants.

1% des effectifs supprimés

"Nous restructurons notre modèle opérationnel afin de rationaliser et simplifier notre organisation pour accélérer la croissance de notre activité mondiale", a poursuivi Anne Moore dans son courriel, assurant que Coca-Cola ne prenait pas cette décision "à la légère".

Selon sa porte-parole, Coca-Cola va s'assurer que les salariés licenciés seront traités de manière "juste, équitable et humaine". Les suppressions d'emplois pèsent à peine plus de 1% des effectifs globaux du groupe, qui s'élevaient à quelque 130.600 personnes fin 2013.

Le 23 décembre dernier, le Wall Street Journal affirmait déjà que l'entreprise américaine devrait supprimer jusqu'à 2.000 postes au niveau mondial dans "les semaines à venir". Le groupe américain avait alors confirmé que des suppressions de postes auraient lieu, sans pour autant donner le moindre chiffre.

Un plan d'économies qui ne convainc pas

Coca Cola traverse actuellement une période difficile. Le groupe a dû abaisser son objectif annuel de croissance de ses bénéfices de 4 à 5% contre 6 à 8% auparavant. Pour trouver un nouveau souffle, il avait annoncé en octobre un plan d'économies de 3 milliards de dollars par an jusqu'en 2019, le deuxième en quelques mois, que les analystes jugent insuffisant.

L'un d'entre eux Ali Dibadj, de Sanford Bernstein, avait expliqué au Wall Street Journal, en décembre, que "par le passé, Coca Cola n'a jamais été très loin en termes de réductions de coûts, ce qui explique que les investisseurs peinent à croire en eux". Il estimait alors que le groupe basé à Atlanta devrait compresser ses dépenses de 3 à 4 milliards de dollars pour pouvoir se mettre au niveau de la concurrence. L'annonce du plan de restructuration de Coca-Cola faisait alors suite à la publication de résultats du groupe jugés décevants, avec un recul de 14% de son bénéfice net.

J.M. avec AFP