BFM Business

Coca-Cola retire en urgence une pub qui choque les Mexicains

-

- - Juan Barreto - AFP

Des ONG et des communautés indigènes du Mexique ont jugé que le dernier spot publicitaire de Coca-Cola avait des relents racistes et colonialistes. Le géant américain des sodas l'a retirée et s'en explique.

Condescendante et colonialiste. Voilà comment de nombreux Mexicains ont qualifié la dernière vidéo de Coca-Cola postée sur son compte YouTube dans le cadre de sa campagne de communication de Noël baptisée "Open Your Heart". Une vidéo qui a notamment choqué les communautés indigènes du Mexique et des ONG défenseurs des droits de l'Homme qui y ont vu des connotations racistes.

La marque s'est bien pris les pieds dans le tapis puisque c'est exactement l'inverse qu'elle voulait promouvoir. "L'intention était de donner un message d'unité et de bonheur entre les différentes communautés. Nous n'avons pas cherché à offenser ou dénigrer qui que ce soit", a expliqué le patron de la publicité de Coca-Cola au Mexique, Diego Bracamontes, sur une radio nationale. La marque vient donc de retirer sa vidéo de son compte YouTube.

Le Coca-Cola comme outil de civilisation?

Mais en quoi cette pub est-elle à ce point offensante? La vidéo, filmée dans le petit village de Totontepec au sud du Mexique, s'ouvre sur un chiffre: "81,6% des indigènes mexicains se sentent rejetés parce qu'ils ne parlent pas espagnol." Une statistique que conteste par ailleurs les ONG mais ce n'est pas là l'essentiel. C'est la suite qui ne passe pas. Car le village assiste alors à l'arrivée d'une bande de copains, plutôt typés jeunes blancs américains, qui viennent organiser une fête dans le village à la gloire de Coca-Cola.

Ils dressent une sorte un arbre de Noël en forme de totem rouge au centre du village, débouchent quelques bouteilles qu'ils distribuent aux indigènes et c'est la communion. Avec ce slogan: "Restons unis". L'idée c'est que le Coca-Cola permet de dépasser la barrière de la langue dans un sorte de culture globale. 

Cette publicité présente les peuples indigènes "comme culturellement et racialement inférieurs" estime Elvira Pablo de la communauté mixe et membre de l'ONG Aser Litigio, un groupe qui défend les droits des communautés indigènes. En outre, "elle promeut la rupture du tissu social en essayant d'imposer une culture de la consommation, étrangère aux communautés".

Si le leader mondial des sodas a réagi aussi vite à ce loupé c'est que les Mexicains sont les plus gros consommateurs de Coca-Cola dans le monde et de loin. Ils en boivent en moyenne 106 litres par personne et par an. Soit plus que les Américains (99 litres). Les autorités s'inquiètent d'ailleurs depuis quelques années du développement de l'obésité dans le pays qui toucherait selon l'ONU un tiers des habitants. Voilà pourquoi l'arrivée du Coca-Cola dans un petit village n'est pas vu par tout le monde comme une bonne nouvelle.

Frédéric Bianchi