BFM Business

Changement de direction chez SoLocal

Pierre Danon se dit attentif "à la communication et la transparence"

Pierre Danon se dit attentif "à la communication et la transparence" - Christophe Archambault - AFP

L'ex-PagesJaunes a nommé, Éric Boustoufler, l'actuel président de Microsoft Europe de l'Ouest, comme directeur général et, Pierre Danon, ex-président de Xerox Europe, comme président du conseil d'administration.

Marqué par la démission de son directeur général puis du président de son conseil d'administration, SoLocal Group, héritier des annuaires téléphoniques PagesJaunes, a retrouvé une tête avec la nomination de Pierre Danon, ex-présidence de Xerox Europe directeur adjoint de campagne de François Fillon lors de l'élection présidentielle, à sa présidence.

L'ancien président de Numéricable sera secondé par un nouveau directeur général, Éric Boustouller, actuel président de Microsoft pour l'Europe de l'Ouest.

Ces nominations par le conseil d'administration marquent la fin d'une année compliquée pour le groupe, entre une restructuration de sa dette houleuse et la démission successive de Jean-Pierre Remy, son ancien directeur général, puis Robert de Metz, son désormais ex-président du conseil d'administration, tous deux contestés par une partie des actionnaires.

"L'homme de la situation"

"J'ai accepté ce challenge parce qu'Éric (Boustouller) rejoint l'entreprise", a déclaré Pierre Danon dans un entretien accordé à l'AFP. "C'est un très bon dirigeant, avec une grosse connaissance du monde du numérique, il est l'homme de la situation."

Pour le nouveau président du conseil d'administration, "le plus dur est fait" pour le groupe SoLocal, "en termes de restructuration de la dette, de gouvernance comme de transformation numérique. C'est une nouvelle page qui s'ouvre".

S'il n'a pas encore rencontré les principaux actionnaires, Pierre Danon assure souhaiter le faire "très rapidement, tant les institutionnels que les associations de petits actionnaires".

Un plan stratégique à caler

"Quand les gens ont perdu beaucoup d'argent, et c'est le cas avec SoLocal, il faut être attentif à la communication et la transparence, en période difficile c'est d'autant plus important", a-t-il expliqué.

Le nouveau président du conseil d'administration compte désormais sur son directeur général pour "caler rapidement le plan stratégique", qui devrait s'inscrire en partie dans celui mis en place par la direction précédente, "Conquérir 2020".

"Vu la rapidité et l'intensité du travail réalisé, il y a peu de chance que tout soit à jeter", a estimé Pierre Danon.

Les deux dirigeants rejoignent un groupe chahuté par de longs mois de tractations tendues entre la direction et une partie des actionnaires afin de ramener le niveau d'endettement de 1,16 milliard à 398 millions d'euros.

Les conditions pour créer "la croissance"

À l'issue de deux assemblées générales mouvementées en fin d'année, la direction avait réussi à faire valider son plan de restructuration de la dette, notamment via une augmentation de capital et l'arrivée de créanciers parmi les actionnaires.

Dans la foulée de cette restructuration, le directeur général du groupe, Jean-Pierre Remy, puis le président du conseil d'administration, Robert de Metz, avaient annoncé leur démission.

Une restructuration nécessaire, assure Pierre Danon, qui "(n'aurait) pas accepté le challenge dans la situation d'il y a un an".

"Il faut rendre hommage à ceux qui ont restructuré la dette", insiste-t-il. Ce qui lui permet maintenant de regarder l'avenir avec plus d'optimisme: "Il y a les conditions pour créer de la croissance. Le restructuration a permis de se donner des marges de manoeuvre nécessaires à la création à venir de valeur."

La société, qui s'est fortement développée dans les services numériques aux entreprises (communication et marketing de proximité), aux côtés de l'édition d'annuaires imprimés et vocaux, avait été par la suite confrontée à des contentieux liés à cette restructuration.

Une décision de la Cour d'appel de Versailles lui avait donné gain de cause le 11 mai.

J.M. avec AFP