BFM Business

Cette start-up combat la contrefaçon avec des étiquettes papier spéciales

Cypheme a développé une technologie capable de détecter les produits contrefaits en analysant leur emballage au moyen d'une caméra de smartphone.

Cypheme a développé une technologie capable de détecter les produits contrefaits en analysant leur emballage au moyen d'une caméra de smartphone. - Cypheme

La société française a conçu une appli mobile sachant lire la microstructure d'une étiquette papier apposée sur l'emballage. De quoi authentifier un produit victime de contrefaçon. Elle a levé 1,2 million d'euros pour croître.

Combattre la contrefaçon avec des étiquettes papier spécifiques? C'est le pari de Cypheme, société française implantée en Chine depuis 2015 qui entend ainsi garantir l'origine d'un produit susceptible d'être contrefait.

Comment? En scannant depuis un smartphone une étiquette spéciale apposée sur un produit menacé de contrefaçon (smartphone, jouets, alcools, médicaments, parfums,...). La technologie n'utilise donc ni QR Code (étiquette à damier noir et blanc) ni puce électronique sans contact (NFC ou RFID), à l'instar d'approches similaires développées par des sociétés comme Prooftag et Arjo Solutions.

Chaque étiquette se compare avec son double stocké en base de données

Le support anti-contrefaçon dispose d'une "signature" unique, semblable à une empreinte digitale, nichée dans la microstructure des fibres du papier. Le scan de cette version moderne du "sceau" apposé sur les lettres d'autrefois est stocké dans une base de données gérée par Cypheme.

"La solution repose sur l'intelligence artificielle capable de détecter les produits contrefaits en analysant au moyen de la caméra d'un smartphone la signature unique de leur emballage. Les marques doivent simplement nous fournir les scans de leurs étiquettes que nous allons stocker dans notre base de données "explique Charles Garcia, l'un des fondateurs de Cypheme.

L'acheteur qui souhaite vérifier l'origine d'un produit sans le déballer n'a plus qu'a authentifier l'étiquette sur l'emballage qu'il scanne avec son smartphone et l'appli dédiée développée par Cypheme. À la suite de cette analyse, les deux signatures, celle stockée dans la base de données et celle scannée sur l'emballage, doivent concorder pour authentifier le produit.

Pour développer l'usage commercial de sa technologie auprès des fabricants, la start-up a levé, il y a quelques semaines, 1,2 million d'euros auprès de différents business angels.

Une PME française utilise la technologie à l'export en Chine

Parmi ses premiers clients, la société française Tequoya utilise les stickers anti-contrefaçon pour garantir l'authenticité de ses purificateurs d'air qu'elle exporte en Chine. "La solution, qui est bon marché, rassure nos clients finaux en leur apportant la preuve qu'ils ont acheté un produit Teqoya fabriqué en France" explique Pierre Guitton, fondateur de cette entreprise.

Depuis six mois environ, chaque carton de produit exporté en Chine est étiqueté de la sorte. "Nos clients chinois craignent beaucoup la contrefaçon. Ils sont très accoutumés à faire des achats avec l'aide leur smartphone. Scanner une étiquette ne leur pose pas de problème car l'appli mobile de Cypheme s'utilise avec la messagerie instantanée WeChat qu'ils affectionnent" ajoute l'entrepreneur français, lui même engagé dans une démarche d'innovation technologique pour ses propres purificateurs d'air. 

Frédéric Bergé