BFM Business

Ces sites d'entraide entre voisins qui surfent entre Facebook et Leboncoin

Plusieurs start-up ont développé des réseaux sociaux de services de proximité, qui permettent d’échanger avec ses voisins des services sous forme de coups de main ponctuels ou réguliers.

Plusieurs start-up ont développé des réseaux sociaux de services de proximité, qui permettent d’échanger avec ses voisins des services sous forme de coups de main ponctuels ou réguliers. - Loïc Venance-AFP

"Garde d'enfant, bricolage, manutention ou achats groupés: une kyrielle de sites Internet de proximité facilitent les coups de main entre voisins. Gratuité ou paiement à l'acte, les modèles économiques adoptés peuvent varier. "

Plutôt que de glorifier la mondialisation, une batterie de sites Internet ou d'applis mobiles promeuvent les connexions entre... voisins. Ils sont de plus en plus nombreux à créer ces réseaux de voisinage 2.0 : on peut y chercher une garde d'enfant ou un dépannage ponctuel en sollicitant de bonnes âmes, situées à proximité de son lieu de résidence.

Naviguant entre site d'annonces comme leboncoin.fr et réseau social de proximité, ces sites sont l'apanage de jeunes sociétés issues d'initiative d'entrepreneuriale. Leur nom affiche clairement la couleur : monptivoisinage, voisineo, voisinssolidaire, ma-residence.fr, La rescousse... Le pionnier, le site ma-residence.fr, crée en 2007, revendique 100.000 voisins qui s'entraident dans toute la France.

Même des entreprises traditionnelles de l'internet sont présentes sur ce créneau tel Pages Jaunes dont hamak.fr est dédié aux services d'entraide de proximité. Ces sites interviennent en général à l'échelle d'une commune, d'un quartier voire d'une résidence, dans le cas des copropriétés.

Récréer du lien social entre voisins grâce à Internet

Le grand atout du numérique est de recréer du lien social entre voisins, à la demande, avec les facilités propres à la technologie comme l'interactivité immédiate ou la géolocalisation. Mais, tisser un socle de confiance reste la base du succès de ces services. "La confiance est un facteur clé pour favoriser l'essor des sites d'entraide entre voisins. Nos super-héros, comme nous baptisons ceux qui interviennent chez leurs voisins, sont notés" explique Loup Lucas, cofondateur de La Rescousse.

La spécialité de cette société de 5 personnes, active depuis septembre 2015 sur la commune d'Asnières (92), en banlieue parisienne, est la mise en relation, via une application mobile ou une ligne d'appel téléphonique, de voisins pour des travaux de petit bricolage ou de manutention. Ces tâches requièrent des compétences souvent simples mais dont la non-réalisation gâche la vie quotidienne.

Au-delà des thèmes classiques liés aux enfants, au bricolage, au dépannage ou aux gardes d'animaux, certains sites appliquent à leur manière le fameux adage "l'union fait la force".

Coups de main gratuits ou services payants ?

C'est l'ambition récemment affichée par le site monptivoisinage.fr. Fort de ses 60.000 membres inscrits à ce jour, il inaugure une fonction d'achats groupés de proximité, conçue pour faciliter l'organisation de cette démarche collective. Pour amorcer le processus, il s’est associé avec la start-up La Box à Planter, lançant un achat groupé national de son coffret contenant tout le nécessaire (graines) pour jardiniers amateurs de produits bio. 

Les plates-formes d'entraide de proximité n'affichent pas toutes la même approche économique. "Nous incitons aux coup de main et aux échanges de service gratuits entre voisins et il n'y a pas de publicité sur le site. Pour financer notre plate-forme, nous privilégions les partenariats avec les acteurs de l'économie collaborative ou les collectivités locales" explique t-on chez monptivoisinage.fr, qui a levé 1,7 million d'euros en novembre 2015, auprès du fonds Maif Avenir.

A contrario, chez La Rescousse, on se présente plus en plate-forme d'intermédiation. Le site prélève une commission sur les transactions lorsqu'il est sollicité au téléphone, via sa hot-line dédiée, pour trouver un intervenant de proximité. "Dans 95% des cas que nous traitons, il y a une rémunération pour la réalisation des tâches demandées par les voisins. Aux clients qui utilisent directement notre application, nous suggérons de rémunérer systématiquement les intervenants" explique le Loup Lucas, cofondateur. Sa prochaine étape sera d'intégrer la fonction de paiement à sa plate-forme technique.

Frédéric Bergé