BFM Eco

Carrefour: jusqu'à 3000 départs "volontaires" dans ses hypermarchés

-

- - -

Carrefour prévoit 3000 départs maximum dans ses hypermarchés dans le cadre du projet d'accord de rupture conventionnelle collective négocié depuis fin mars, a-t-on appris ce vendredi de sources syndicales. Le nombre de postes supprimés reste fixé à 1230, selon la direction.

Les syndicats du distributeur s'attendaient à 1500 suppressions de postes, c'est finalement un nombre plafond de 3000 départs "volontaires" que prévoit la direction de Carrefour pour ses hypermarchés en France dans le cadre de la rupture conventionnelle collective qu'elle négocie avec les partenaires sociaux depuis plusieurs semaines. La direction du géant de la grande distribution insiste sur le fait qu'il s'agissait d'un "plafond". "Le nombre de postes supprimés reste bien fixé à 1.230", a-t-elle ajouté.

Les suppressions de postes concernent à la fois les rayons bijouteries, multimédia, l'arrière-caisse, le service de la paie, l'encadrement, des fonctions administratives et les caisses de station-service. Sans surprise, ce sont les rayons non-alimentaires de ses grands magasins qui seront les premiers concernés car ils subissent de plein fouet la concurrence des enseignes spécialisées et du e-commerce.

Vers la réduction de 15% des effectifs dans 46 hypers

S'y ajoutent, selon les syndicats, l'objectif de réduction des effectifs de 15% maximum dans 46 magasins, ainsi qu'un dispositif de départs anticipés (congé de fin de carrière). Selon la direction, "entre 1.230 et 3.000, les départs pourront être remplacés", le congé de fin de carrière permettant ainsi "de favoriser le renouvellement générationnel dans le contexte de la transformation nécessaire du modèle de l'hypermarché."

La rupture conventionnelle collective, modalité de rupture du contrat de travail, exclusive du licenciement ou de la démission, ne peut être imposée par l’une ou l’autre des parties (employeur ou salarié). Elle suppose la négociation avec les syndicats majoritaires dans l'entreprise qui doivent la signer pour qu'elle soit valide. Cet accord peut prévoir des aides aux projets personnels des salariés ou à la formation. Ensuite, la Dirrecte (direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) doit valider l'accord ainsi négocié.

Améliorer la rentabilité en modifiant l'offre des hypers

Cette procédure entre dans la logique du plan de transformation du distributeur, présenté par le PDG Alexandre Bompard en janvier 2018. Depuis, Carrefour a déjà réduit ses effectifs de 4400 postes, entre les départs volontaires dans plusieurs pays et la fermeture des magasins Dia en France.

Avant de ce résoudre à ce plan de départ, Carrefour a d'abord cédé ses ex-magasins Dia puis lancé un processus de mise en location-gérance de supermarchés, supérettes et hypermarchés. Le patron du groupe veut désormais rétablir au plus vite la rentabilité des hypers en réduisant leur surface et en modifiant l'offre, ce qui passe par une réduction d'effectifs.

Frédéric Bergé avec AFP