BFM Business

Brexit: les producteurs de vins anglais se frottent les mains

Le mousseux anglais a de plus en plus de poids dans le secteur.

Le mousseux anglais a de plus en plus de poids dans le secteur. - Paul Zimmerman - AFP

Le gouvernement britannique promeut la consommation de la production nationale. Dans les réceptions des ambassades, le mousseux, le blanc et le rouge anglais coulent à flot.

"On ne peut pas faire confiance à des gens qui ont une cuisine aussi mauvaise", déclarait Jacques Chirac en 2005. La cuisine peut-être, mais qu'en est-il du vin? Depuis quelques années, la production viticole anglais a pris du galon, changement climatique oblige. Dans un précédent article, nous vous racontions que l'Angleterre devenait un acteur sérieux du secteur, notamment pour la fabrication du "sparkling wine" un mousseux produit dans différents comtés comme le Kent ou le Cornouailles. Alors que les vignes françaises, qui débourrent de plus en plus tôt, subissent des gelées destructrices, les parcelles anglaises sont, elles, plus à l'abri de ces contingences climatiques. D'ailleurs, plusieurs grandes maisons comme Taittinger ou Vranken-Pommery ont fait le pari de tenter la méthode champenoise "made in England".

Le gouvernement britannique, anticipant le Brexit, encourage par ailleurs la consommation de la production nationale. Nusrat Ghani, députée de Wealden dans le Sussex, a proposé dans un projet de loi que les consulats et ambassades servent des bouteilles de vin anglais lors des réceptions. "Dans un monde après-Brexit, nous devons faire tout ce que nous pouvons pour mettre en avant le potentiel de notre industrie viticole", a-t-elle déclaré. Et elle d'ajouter: "Quel meilleur moyen pour cela que de servir du vin et du mousseux dans nos 268 ambassades, grandes commissions du Commonwealth et consulats?". Une demande qu'elle a réitérée sur Twitter.

133 exploitations viticoles

Le Foreign and Commonwealth Office, le bureau des affaires étrangères et du Commonwealth, n'a pas attendu cet appel pour mettre en avant l'english wine. La cave à vins du gouvernement est gérée par le FCO. Et sur les 3.052 bouteilles achetées en 2016-2017, 1.500 étaient anglaises, selon les chiffres de The Times. Dix ans auparavant, la production locale ne représentait qu'un cinquième des achats. Et même lors des réceptions de haut standing, plus de la moitié des bouteilles servies sont britanniques.

En 2020, les 133 exploitations viticoles anglaises devraient produire plus de 10 millions de bouteilles. Deux fois plus qu'en 2015. À titre de comparaison, la France produit, bon an mal an, autour de six milliards de bouteilles.

D. L.