BFM Business

Barbie va (encore) changer de boss

Les revenus des jouets ont chuté de 12,2% à 1,61 milliard de dollars lors du quatrième trimestre 2017.

Les revenus des jouets ont chuté de 12,2% à 1,61 milliard de dollars lors du quatrième trimestre 2017. - Emmanuel Dunand / AFP

Mattel a annoncé jeudi la démission de sa PDG, Margo Georgiadis, qui avait pris les rênes de la société il y a quatorze mois. Mattel a changé quatre fois de dirigeant depuis 2014. Et aucun n'est parvenu à arrêter l'hémorragie des ventes.

Le fabricant des jouets américain Mattel, propriétaire de l'emblématique poupée Barbie, qui traverse actuellement une période difficile, a annoncé jeudi le départ de sa PDG, un an seulement après son arrivée.

Margo Georgiadis, qui avait pris les rênes du groupe en février 2017, a démissionné et va être remplacée à compter du 26 avril par Ynon Kreiz, un membre du conseil d'administration depuis juin dernier. C'est le quatrième patron du groupe, fondé en 1945, en quatre ans.

Margo Georgiadis, qui était la patronne Amériques de Google avant de rejoindre Mattel, "a informé le conseil d'administration de sa décision de démissionner de ses rôles de PDG et de membre du conseil pour poursuivre de nouvelles opportunités dans le secteur technologique", écrit l'entreprise dans un communiqué.

À Wall Street, l'annonce de son remplacement était bien accueillie puisque le titre, qui a terminé en nette baisse de plus de 3%, gagnait près de 4% dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

Plan de restructuration et versement du dividende suspendu

Sous la férule de Margo Georgiadis, l'action a chuté de près de 50% en Bourse et le groupe n'a pas pu arrêter l'hémorragie de ses ventes, la plupart des marques connaissant un passage à vide. Les revenus des jouets ont chuté de 12,2% à 1,61 milliard de dollars lors du quatrième trimestre 2017 comprenant la fête de Noël, période cruciale pour le secteur.

Pour se relancer, Mattel a annoncé récemment un plan de restructuration prévoyant des suppressions d'emplois et des fermetures d'usines afin d'économiser en tout 650 millions de dollars lors des deux prochaines années. Il a suspendu également le versement du dividende au compte du quatrième trimestre 2017, une mesure censée lui permettre d'économiser 50 millions de dollars supplémentaires.

Le groupe d'El Segundo (Californie), qui emploie quelque 28.000 salariés, continue par ailleurs à chercher des relais de croissance à Barbie: il a par exemple présenté en novembre une Barbie voilée en l'honneur de l'escrimeuse américaine Ibtihaj Muhammad, devenue en 2016 la première sportive américaine voilée à participer aux Jeux Olympiques. Selon la presse américaine, le rival Hasbro (Monopoly) envisage de racheter Mattel.

J.-C.C. avec AFP