BFM Business

Avis de tempête sur Vivarte

Vivarte détient notamment la marque Naf Naf

Vivarte détient notamment la marque Naf Naf - Philippe Ksiazek - AFP

Le groupe, propriétaire des marques Naf Naf ou La Halle aux vêtements, envisagerait de supprimer jusqu'à 1.900 postes, rapporte Le Monde. Des annonces qui pourraient être effectuées lors d'un comité de groupe, le 8 avril prochain.

Tour de vis en vue chez Vivarte. Le groupe, qui détient les marques de prêt-à-porter, Andre, Naf Naf, Kookaï, Carol, Minelli ou Chevignon pourrait bientôt tailler dans ses effectifs. C'est en tout cas la crainte des salariés et des syndicats selon Le Monde.

L'entreprise doit tenir un Comité central d'entreprise (CCE) le 7 avril puis un comité de groupe, le lendemain. Des échéances qui auraient été reportées "afin de ne pas faire de vagues avant les élections départementales", selon l'agence Reuters.

D'après Le Monde, qui cite "des sources internes bien informées", 50 magasins André et 280 de la Halle aux vêtements pourraient ainsi fermer.

"L'hypothèse de 1.800 voire 1.900 licenciements est sérieusement avancée", explique le quotidien. A l'heure actuelle le groupe Vivarte compte 22.000 salariés et 4.500 points de vente.

Des résultats divisés par deux

Le groupe traverse encore une phase délicate, l'entreprise ayant vu ses résultats divisés par deux lors de l'exercice 2013-2014, dû notamment à un décrochage des ventes de la Halle aux vêtements, l'ex-marque phare du géant français de l'habillement et de la chaussure.

Selon des documents obtenus par l'agence Reuters, son résultat opérationnel courant avant impôt (Ebitda) est ainsi passé de 327 à 170 millions d'euros. Les ventes globales ont décroché de -10,3% à 2,684 milliards d'euros.

A elle seule, La Halle aux vêtements a vu son chiffre d'affaires chuter de 14,5%. En octobre dernier, le groupe est passé aux mains de ses créanciers à l'occasion d'une restructuration de sa dette qui lui a permis de réduire ses créances de 2 milliards d'euros et de bénéficier d'un apport de fonds supplémentaire de 500 millions d'euros.

J.M.