BFM Business

Aux Etats-Unis, le coronavirus prive le soda et la bière de bulles

Mousse dans un verre de bière (illustration)

Mousse dans un verre de bière (illustration) - OMAR TORRES / AFP

La faiblesse de la consommation d’essence aux Etats-Unis provoque des dommages collatéraux chez les brasseurs et fabricants de sodas, parce qu’elle tend leur approvisionnement en Co2.

A cause du coronavirus, les Américains risquent de manquer de sodas et de bières. En effet, les usines qui fabriquent ces boissons gazeuses, alcoolisées ou non, peinent de plus en plus à s’approvisionner en “bulles”, rapporte Reuters ce lundi. En cause: la faible production de CO2 par ses fabricants traditionnels. Explications.

Pour fabriquer leurs boissons, les brasseurs et producteurs de colas utilisent du dioxyde de carbone. Ce CO2 leur est traditionnellement fourni par les producteurs d’éthanol, qui “captent ce gaz comme sous-produit et le vendent en grande quantité”, soulignent Reuters.

Des producteurs d'éthanol mis au ralenti

Mais le premier client des producteurs d’éthanol est l’industrie pétrolière américaine, qui mélange cet alcool à l’essence pour faire circuler les véhicules du pays. Or la demande d’essence a baissé de plus de 30% aux Etats-Unis depuis le début de la crise sanitaire. Donc la production d’éthanol baisse, et par conséquent celle de CO2. 

Ainsi, la production de ce gaz a déjà chuté de 20%, avec 34 usines sur 45 mises en sourdine, et elle pourrait être réduite de moitié d’ici la mi-avril, selon la fédération du secteur.

Dans le même temps, forcément, la réduction de l’offre a provoqué une hausse des prix. Les brasseurs de bière constatent ainsi une inflation de 25% du CO2. Et si les grands groupes tels Carlsberg et Coca ont des approvisionnements suffisamment diversifiés pour ne pas trop souffrir, les petites marques, elles, s’inquiètent. L’association américaine des brasseurs indépendants estime ainsi que ses adhérents vont devoir commencer à réduire leur production dès les prochaines semaines. 

Nina Godart