BFM Business

Amber dénonce "un coup d'Etat contre la démocratie actionnariale" de Lagardère

Devenu deuxième actionnaire de Lagardère, Amber veut mettre à bas la commandite

Devenu deuxième actionnaire de Lagardère, Amber veut mettre à bas la commandite - AFP

Le groupe Lagardère a renouvelé lundi pour quatre années le mandat de gérant d'Arnaud Lagardère.

Le fonds britannique Amber Capital et l'entourage du géant des médias Vivendi ont déploré mardi le renouvellement anticipé d'Arnaud Lagardère comme gérant du groupe dont ils sont les principaux actionnaires, y voyant un nouvel exemple de dysfonctionnement de sa gouvernance.

Le groupe Lagardère a renouvelé lundi pour quatre années le mandat de gérant d'Arnaud Lagardère, qui devait initialement s'achever au mois de mars prochain, et annoncé la création d'un conseil de gérance.

Ces mesures coupent l'herbe sous le pied d'une alliance annoncée moins d'une semaine auparavant entre les deux premiers actionnaires, Vivendi et Amber, qui voulaient ainsi tenter de peser sur la décision l'an prochain de renouveler ou pas le mandat d'Arnaud Lagardère.

Critiques d'Amber et Vivendi

Le fondateur d'Amber Capital, Joseph Oughourlian, a dénoncé dans une déclaration au quotidien Le Monde "un coup d'Etat contre la démocratie actionnariale, (...) pas surprenant venant d'un conseil qui n'a jamais défendu les actionnaires de la société".

Interrogé par l'AFP, Vivendi n'a pas fait de commentaire. Mais dans l'entourage du groupe contrôlé par Vincent Bolloré, "on regrette que la décision du conseil de surveillance se soit focalisée sur le cas personnel d'Arnaud Lagardère plutôt que sur son groupe".

A la Bourse de Paris, l'action Lagardère a clôturé mardi en baisse de 3,39% à 15,10 euros, un recul nettement plus prononcé que celui du marché (-0,68%).

Amber et Vivendi, principaux actionnaires de Lagardère avec respectivement 20% et 23,5% du capital, se sont alliés il y a une semaine pour demander ensemble quatre sièges au conseil de surveillance de Lagardère et la convocation d'une assemblée générale à la rentrée.

Renouvellement moins ambitieux

Ils espéraient ainsi renforcer leur position avant le renouvellement du mandat de gérant d'Arnaud Lagardère, initialement prévu seulement au premier trimestre 2021.

Arnaud Lagardère, qui a récemment fait appel au milliardaire Bernard Arnault pour venir éponger ses dettes en échange d'un quart de sa holding familiale, a néanmoins dû se contenter d'un renouvellement pour quatre années, au lieu de six précédemment.

Le statut atypique du groupe Lagardère, en commandite par actions, complique les tentatives d'OPA et permet à son patron et associé-commandité de conserver le contrôle avec seulement quelque 7% des parts. En contrepartie, il est responsable indéfiniment des dettes de l'entreprise sur ses biens propres.

TL, avec AFP