BFM Business

Acheter des produits d'occasion pourrait-il bientôt permettre d'obtenir des réductions d'impôts?

Cette réduction s'appliquerait à tous les produits de seconde main, qu'il s'agisse d'un vêtement, d'un meuble ou encore d'un article d'électroménager.

Cette réduction s'appliquerait à tous les produits de seconde main, qu'il s'agisse d'un vêtement, d'un meuble ou encore d'un article d'électroménager. - Alain Jocard AFP

Les patrons de la Camif et de Leboncoin souhaitent qu'un crédit d'impôt de 15% soit mis en place pour les consommateurs qui préfèrent le seconde main au neuf ou encore faire réparer leur électroménager. Une solution qui doperait le pouvoir d'achat et préserverait l'environnement

Les Français font de plus en plus la chasse aux bonne affaires en préférant acheter des objets d'occasions plutôt que du neuf. Cette habitude vertueuse pourrait être boostée par une incitation fiscale. C'est en tout cas l'idée soutenue par Antoine Jouteau directeur de LeBoncoin et celui de la Camif. "Ma conviction est qu'il faut encourager les achats responsables, l'occasion ou les produits écoconstruits (fabriqués à partir de produits recyclés, réparable…) parce que nos ressources sont limitées. Face à l'urgence climatique, on n'a simplement pas le choix " explique Antoine Jouteau, le directeur de Leboncoin au Parisien. La démarche est aussi soutenue par Laetitia Vasseur cofondatrice de l'association Halte à l'obsolescence programmée (HOP).

L'idée est que cette niche fiscale soit intégrée dans le projet de loi Economie circulaire en ce moment discuté au Parlement.

Favoriser la réparation plutôt que d'acheter du neuf

Cette réduction s'appliquerait à tous les produits de seconde main, qu'il s'agisse d'un vêtement, d'un meuble ou encore d'un article d'électroménager. Les voitures en seraient cependant exclues. La facture fournie lors de l'achat serait accompagnée d'un document à donner au fisc pour obtenir la déduction. Pour les achats effectués en boutique, les informations seraient directement notées sur les tickets de caisse.

Pour le patron de Leboncoin, son idée a un double avantage: doper le pouvoir d'achat en même temps que préserver l'environnement.

"Tous les outils pour se détourner du neuf sont les bienvenus, car derrière chaque objet de première main se cache en effet une montagne de matières premières, ainsi que de l'énergie et de l'eau que l'on peut préserver", commente Flore Berlingen de l'association Zero Waste France, au quotidien.

Cette réduction fiscale sera aussi une aubaine pour les réparateurs d'électroménager : à ce jour en racheter un modèle neyr n'est pas tellement plus cher que de changer une pièce. Ce coup de pouce fiscal pourrait donc changer la donne.

Coralie Cathelinais