BFM Business

À New York, les médecins n'ont plus le droit aux ordonnances papier

À partir du 27 mars 2016, une loi impose que les prescriptions médicales dans tout l’état de New York soient dématérialisées.

À partir du 27 mars 2016, une loi impose que les prescriptions médicales dans tout l’état de New York soient dématérialisées. - Chip Somodevilla-Getty Images North America-AFP

"Au 27 mars 2016, les ordonnances médicales dans l’état de New York seront obligatoirement sous forme électronique. Les prescriptions seront envoyées directement à la pharmacie choisie par le patient."

Alors que la France passera en 2017 au tiers-payant généralisé pour la consultation médicale, c'est une révolution numérique qui va très bientôt concerner outre-Atlantique, les médecins, les patients et les pharmacies. Les ordonnances sur papier seront bientôt bannies dans tout l'état de New York, qui inclut la grande ville éponyme. C'est l'une des conséquences directes de la loi I-Stop adoptée dans cet état qui impose que les prescriptions soient délivrées sous forme électronique.

L'obligation vaut à partir du 27 mars 2016. Elle prévoit qu'à partir de cette date, les ordonnances seront toutes rédigées électroniquement et envoyées directement à la pharmacie désignée par le patient.

Seuls les vétérinaires et les médecins prescrivant une ordonnance destinée à être délivrée dans une officine située hors de l'état de New York, ne sont pas concernés par cette obligation. Des sanctions sont prévues pour les médecins contrevenants qui se déroberaient à la prescription électronique.

Mettre fin aux ordonnances illisibles ou corrigées par les patients

Pas question pour le médecin d'utiliser un service email standard pour transmettre son ordonnance dématérialisée, jugé insuffisamment sécurisé. Il devra impérativement utiliser un système chiffrant les données et sachant gérer la signature électronique du prescripteur et celle du pharmacien.

Le but avoué des autorités est de mettre fin aux ordonnances illisibles qui génèrent des erreurs d'interprétation et aux tentatives des patients de modifier à la main la posologie qui leur est prescrite.

Le système, sous ses aspects modernes, comporte, toutefois, quelques contraintes. Mieux vaut que le patient sache à quelle pharmacie il souhaite que son ordonnance électronique soit envoyée ou la choisir dans une liste d’officines fournies par le logiciel du prescripteur.

"'Si son traitement est absent ou trop cher dans la pharmacie choisie, il doit retourner voir le médecin et ce dernier devra annuler sa précédente prescription par téléphone pour en créer une autre, qu’il enverra à une autre pharmacie désignée par le patient" explique le site spécialisé quotidiendupharmacien.fr.

F.Bergé