BFM Business

À combien se vendent les fonds de commerce en France?

Une transaction sur trois se réalise en coiffure, boulangerie, débit de boisson et restauration mais cette dernière activité a marqué en 2015 un net repli sur un an (-11% en restauration traditionnelle).

Une transaction sur trois se réalise en coiffure, boulangerie, débit de boisson et restauration mais cette dernière activité a marqué en 2015 un net repli sur un an (-11% en restauration traditionnelle). - Miguel Medina-AFP

"Les rachats de fonds de commerce sont en recul: moins de 40.000 activités ont changé de main en 2015, -9,1% sur un an. La valeur moyenne des transactions a baissé de 5,1%, passant sous les 180.000 euros. Il y a de fortes disparités selon le type d'activité, et même quelques hausses."

Le petit commerce est à la peine et l'un des meilleurs indicateurs est celui des transmissions de fonds de commerce, peu connu mais révélateur. Trouver un repreneur n'a guère été chose aisée en 2015. Selon le 6e baromètre du bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (Bodacc), les rachats dans ce domaine sont en recul. Moins de 40.000 fonds de commerce (39.835 exactement) ont changé de main en 2015. Ce chiffre est inférieur de 10% à la moyenne des cinq dernières années et en baisse de 9,1% sur un an.

Une transaction sur trois s'est réalisée en coiffure, boulangerie, débit de boisson et restauration. Mais c'est cette dernière activité qui a marqué un net repli sur un an (-11% en restauration traditionnelle).

Cette désaffection pour la reprise d'un fonds de commerce fait baisser les prix. La valeur moyenne des transactions accuse une baisse de 5,1% sur un an, passant sous la barre des 180.000 euros. "C'est 10.000 euros de moins que la moyenne des cinq dernières années, même s'il est supérieur aux valeurs des années 2008 à 2010 (176.000 euros)" selon le Bodacc.

Comme dans l'immobilier destiné aux particuliers, les prix de cession d'un commerce présentent de grandes disparités selon les régions. À l'exception des Hauts-de-France (Nord-Pas de Calais-Picardie), ils sont en recul dans la quasi-totalité des régions métropolitaines.

Globalement, les prix se situent aux environs de 165.000 euros sur une frange sud-ouest nord-ouest et tombent en moyenne sous les 150 000 euros sur un couloir sud-nord-est (infographie ci-dessous). En Ile-de-France, les prix de cession restent élevés, proches de 240.000 euros.

-
- © Globalement, les prix se situent aux environs de 165.000€ sur une frange sud-ouest nord-ouest et tombent en moyenne sous les 150 000 € sur un couloir sud-nord-est. En Ile-de-France les prix de cession des fonds de commerce sont proches de 240 000 €.

Les disparités de prix sont aussi très variables selon les activités. Sur l'ensemble des valorisations constatées, les prix de cession, rapportés au chiffre d'affaire du vendeur, varient en moyenne de quatre mois (dans l'alimentation générale) à un an d'activité (pour les débits de boisson), rapportent le Bodacc et Altares.

Les valorisations sont même en hausse dans plusieurs types d'activités. Elles dépassent notamment 1 million d'euros pour les pharmacies, 500.000 euros pour les supermarchés ou le conseil en informatique ou encore 300.000 euros pour une affaire dans l'hôtellerie ou le courtage d'assurance.

Le baromètre distille une autre note d'optimisme: près de 88% de ceux qui ont repris un fonds de commerce en 2011 étaient encore en activité en 2015. Ce "taux de survie" à cinq ans serait significativement supérieur à celui généralement constaté sur l'ensemble des créations d'activité, voisin d'un sur deux, selon le Bodacc.

De même, la valeur des fonds de microentreprises sans salarié n'a pas été affectée par la baisse des prix. Ces acquisitions qui représentent une transaction sur cinq "se sont conclues au-delà de 184.000 euros, un montant en hausse de plus de 7.000 euros sur un an et 25.000 euros par rapport à la moyenne sur cinq ans" selon le 6ème baromètre du Bodacc. 

Frédéric Bergé