BFM Business

2017, annus horribilis pour la production de vin français

La production viticole française est bien partie pour être la pire de l'après-guerre

La production viticole française est bien partie pour être la pire de l'après-guerre - Raymond Roig - AFP

Selon les chiffres de la Commission européenne, la production de vin a baissé de 19% en France l'an passé.

C'est un bien mauvais millésime qui s'annonce pour la production de vin tricolore. Selon des chiffres de la Commission européenne cités par FranceAgriMer, la production viticole a baissé de 19% en 2017 à 36,9 millions d'hectolitres. Il s'agirait tout simplement du plus faible volume de l'après-guerre.

Il ne s'agit que de premières estimations, les résultats finaux devant être encore pires. "Les professionnels, eux, pensent que ces estimations sont encore supérieures à ce que va être le résultat définitif", a indiqué Anne Haller, déléguée pour les filières viticole et cidricole à FranceAgriMer.

Baisse de 21% en Italie

Des "ajustements" qui pourraient se traduire par "encore 2 ou 3 millions d'hectolitres de moins pour la récolte européenne", a-t-elle estimé.

Cette dégringolade affecte l'ensemble des pays européens. La Commission estime à 145 millions d'hectolitres la production globale de vin dans l'Union européenne des 28, en baisse de 14% également par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

Avec 40 millions d'hectolitres, l'Italie, qui accuse une baisse de 21%, reste le premier producteur du continent, devant la France et l'Espagne à 36,8 millions (-15%).

L'Allemagne, à 8 millions d'hectolitres, subit également une petite baisse, alors que des pays comme le Portugal (6,6 millions), la Roumanie (5,3), l'Autriche (2,4) et la Bulgarie (1,4) connaissent, eux, une légère progression de leur volume de production.

J.M. avec AFP