BFM Business

"1.000 Vélib' disparaissent chaque année"

Jean-Charles Decaux était l'invité de BFM Business ce jeudi 5 mars

Jean-Charles Decaux était l'invité de BFM Business ce jeudi 5 mars - BFM Business

Jean-Charles Decaux, le président du directoire de JCDecaux, était l'invité de BFM Business, ce jeudi 5 mars. Il est revenu sur le contrat Vélib' qui est "rentable" pour son groupe, malgré les actes de vandalisme.

JCDecaux aura connu une bonne année 2014. Le groupe d'affichage et de mobilier urbain a plus que doublé son bénéfice, avec 194,3 millions d'euros.

Pour Jean-Charles Decaux, le président du directoire, co-directeur général du groupe et invité de BFM Business ce jeudi 5 mars, ces bons chiffres montrent que "la reprise et belle et bien là en Europe", même si elle est "plus ou moins perceptible", selon les pays, notamment en Europe du Sud "où nous avons amélioré notre croissance organique de 4,1%".

Et au-delà de l'Europe, "la Chine, l'Amérique latine et le Moyen-Orient ont été des leviers pour notre croissance mondiale".

"La France a un vrai problème de croissance"

Reste un point noir: l'Hexagone qui représente encore 22% du chiffre d'affaires de l'entreprise. "La France a un vrai problème de croissance", assène Jean-Charles Decaux. Il en veut pour preuve les chiffres de sa société: "on fait +0,4% de croissance en France là où on fait en Europe +4,1%!", souligne-t-il.

"Le vrai problème structurel de notre pays c'est comment on remet en marche tous les leviers de la croissance. Car sans croissance, il n'y a pas de créations d'emplois", a-t-il développé.

Là encore, Jean-Charles Decaux a donné comme exemple sa propre société: 650 emplois ont ainsi été crées par JCDecaux l'an dernier. Pourquoi? "Car notre activité française reste malgré tout en faible croissance mais surtout parce que l'on est capable de servir en matière de Recherche et Développement tous les nouveaux territoires que nous allons conquérir à l'international". "Donc c'est bien notre croissance mondiale qui nourrit nos créations d'emplois en France", a-t-il conclu.

Jean-Charles Decaux est ensuite revenu sur l'activité de son entreprise, évoquant plus particulièrement le contrat Vélib', dont il assure qu'il s'agit d'un contrat "rentable". "Ce n'est pas l'un de nos contrats les plus rentables car l'on souffre encore de détériorations et de vandalisme", reconnaît-il toutefois. "Aujourd'hui on a à peu près 1.000 vélos qui disparaissent complètement du système chaque année. 8.000 disparaissent, on en retrouve 7.000, donc 1.000 disparaissent totalement, c'est un vrai sujet", a-t-il poursuivi. 

"Mais vous avez aussi, chaque année, 39,5 millions de personnes transportées. Donc on voit bien que c'est un vrai phénomène, une mobilité nouvelle que nous avons apportée dans Paris, Lyon ou Marseille", a-t-il nuancé.

J.M.