BFM Eco

Comment le Japon veut faire passer son âge de départ à la retraite de 65 à 70 ans

Confronté au manque de main de d'oeuvre et à un vieillissement de sa population, le Japon va faire voter une série de lois qui visent à faire travailler ses habitants plus longtemps.

Les Japonais vont travailler plus longtemps. Le gouvernement du premier ministre Shinzo Abe a décidé de faire voter une série de mesures afin de faire en sorte que les Japonais puissent travailler jusqu'à 70 ans. 

Car si l'âge de départ légal à la retraite est fixé à 65 ans au Japon, les entreprises qui le souhaitent pourront avec cette loi fixer un âge de départ plus élevé à 70 ans ou carrément le supprimer. Le gouvernement compte ainsi sauver son système de retraite par répartition et surmonter les graves pénuries de main d'oeuvre que rencontre le pays. 

Le pays qui devrait faire face à un manque à gagner de plus de 6 millions de travailleurs d'ici à 2030 a donc choisi de faire travailler plus longtemps ses seniors. En 2025, un Japonais sur trois aura 65 ans ou plus et le premier ministre Shinzo Abe veut que les entreprises puisent dans ce vivier de travailleurs.

Deux Japonais sur trois veulent travailler plus longtemps

Ce qui est d'ailleurs déjà le cas. Le Japon est au sein de l'OCDE le pays qui emploie le plus de travailleurs seniors. Plus de 8 millions de Japonais de plus de 65 ans exercent encore une activité professionnelle et ils représentent 12,5% de la population active. En France, ces seniors de plus de 65 ans ne représentent en comparaison que 1,3% de actifs. Et selon un sondage cité par Le Figaro, deux Japonais sur trois de plus de 60 ans souhaiteraient travailler au-delà de l'âge légal de 65 ans.

Reste à savoir si les entreprises accepteront de les faire travailler. Au Japon, elles rechignent souvent à employer les salariés au-delà de l'âge légal. Les salaires ont d'ailleurs tendance à fortement baisser après 60 ans au Japon, les entreprises voulant inciter les salariés à prendre leur retraite.

Pour inciter les entreprises à employer des salariés plus âgés, la loi prévoit des mesures fiscales incitatives pour les entreprises qui pourront externaliser certaines opérations à des retraités qui démarrent leur propre entreprise ou deviennent indépendants ou de les affecter à des projets philanthropiques gérés par les entreprises.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco