BFM Business
Economie

Comment le confinement a redonné de la voix au téléphone

Les Français ont retrouvé le goût de téléphoner pendant le confinement

Les Français ont retrouvé le goût de téléphoner pendant le confinement - Pixabay

Alors que le trafic voix de la téléphonie baisse régulièrement depuis des années, au deuxième trimestre, il explose de 28% sur un an.

Année après année, le trafic voix passant par les téléphones fixes et mobiles s'effrite, terrassé par les SMS puis les messageries instantanées devenues un des premiers moyens de communication entre les personnes.

Mais dans la période exceptionnelle que fut le confinement, la voix a retrouvé ses lettres de noblesse. Lusage vocal global (depuis les téléphones mobiles et les fixes) atteint en effet un nouveau record jamais égalé en 20 ans: 72,2 milliards de minutes, soit une augmentation de 28,3% en un an contre -2,0% un an auparavant, selon les chiffres du dernier Observatoire de l'Arcep, le régulateur des télécoms.

Précisément, huit minutes sur dix ont été consommées depuis les téléphones mobiles, ce qui représente un volume global de 57,2 milliards de minutes ce trimestre. Ce dernier enregistre une croissance de +30% en un an contre des croissances allant de +2% à +5% en moyenne au cours des cinq années précédentes.

Les SMS en baisse depuis 2016

Parmi les possesseurs de téléphone mobile, ceux ayant souscrit un forfait ont consommé 4h40 par mois en moyenne durant le deuxième trimestre. Leur consommation mensuelle moyenne augmente ainsi de près de 30% par rapport au deuxième trimestre 2019.

Même constat pour le bon vieux téléphone fixe du foyer, qui devenait de plus en plus un objet de décoration vintage. Alors que l’usage de ce service diminuait depuis sept ans, le volume de communications vocales augmente depuis le début de l’année 2020: +22% en un an au deuxième trimestre contre un recul de -15% en 2019.

Le SMS par contre poursuit sa chute (débutée en 2016) face aux applications de messageries instantannées même pendant le confinement avec un volume global en baisse de 23% sur un an.

Outre la voix, les Français ont évidemment continué à faire beaucoup d'Internet mobile (+36% en un an), même si la croissance est inférieure à celle relevée les six trimestres précédents, d’environ +45% en moyenne, note l'Arcep.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business