BFM Business

Comment la pandémie fait revenir les startups de la French Tech parties dans la Silicon Valley

La pandémie a un effet inattendu sur les startup qui voyaient la Californie comme un El Dorado de la tech. La qualité de vie en France, la politique de santé et le télétravail attirent les talents et ont convaincu des investisseurs.

Dans la tech, point de salut hors de la Silicon Valley? Cette localisation a été nécessaire, voire incontournable pendant longtemps pour permettre aux startups du monde entier afin de trouver des financements et des talents. Mais, un revirement s'opère depuis quelques mois, comme l'a expliqué Benjamin Devienne, président de Piepacker, une startup française de jeux à distance créée en Californie.

"On est parti de la Silicon Valley pour revenir en France pour entreprendre et créer" a expliqué sur BFM Business l'entrepreneur en précisant que c'est en France qu'il trouve désormais des financements.
"On a réalisé une levée de 3 millions d'euros et on annoncera dans quelques semaines une autre de 10 millions d'euros. Il y a du capital en France", indique Benjamin Devienne.

Le soutien de la BPI

Concernant les talents, le fondateur de Piepacker rappelle que la France n'en manque pas. Mieux, elle séduit désormais des experts étrangers parmi lesquels des Américains.

"Il y a un gros vivier de talents, d'ailleurs, une importante partie de nos effectifs dans la Silicon Valley était française. On les a ramené et avec eux le directeur marketing d'Actvision qui lui était à New York", dévoile le dirigeant.

Benjamin Devienne est même optimiste pour les futurs recrutements qu'il compte lancer.

"En termes de qualité de vie, la France propose beaucoup si on compare le système de santé français par rapport aux Américains. En période de pandémie, c'est un argument très très fort", note Benjamin Devienne en signalant que le travail à distance a changé les mentalités.

Le retour des talents est même l'un des objectifs de la BPI (Banque public d'investissement). "Elle nous a soutenu avec de la dette pour nous attirer vers la France", explique Benjamin Devienne.

Les startups françaises ne sont pas seules à quitter la Silicon Valley. Avec la pandémie, des historiques américains de la tech, comme Oracle et Hewlett Packard Enterprise, ont abandonné la région. L'adoption du télétravail a aussi joué un grand rôle en permettant aux salariés de ne plus subir les bouchons californiens et supporter le coût très élevé de la vie.

Pascal Samama
https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco