BFM Business

Carlos Ghosn attaque Renault aux prud’hommes pour faire valoir ses droits à la retraite

L'ancien magnat de l'automobile qui réfute avoir démissionné de Renault a décidé de saisir les prud'hommes en référé pour réclamer ses droits à la retraite.

"Ma démission de Renault? C’est une farce!". Dans un entretien accordé au Figaro, Carlos Ghosn annonce avoir saisi en référé les prud’hommes de Boulogne pour réclamer au constructeur automobile français ses droits à la retraite.

"Je réclame mes droits à la retraite ainsi qu’à tous les droits qui me sont acquis. J’ai d’abord voulu que cela se règle de façon amiable. Chacun connaît les conditions dans lesquelles j’ai dû quitter Renault: j’étais emprisonné! Mais, que je sache, il existe un droit en France, il existe une justice. La façon dont tout cela s’est déroulé à ce moment-là sera connue", déclare l’ancien PDG de l’alliance Renault-Nissan.

"C'est une forfaiture de dire que j'ai démissionné"

Alors emprisonné au Japon, Carlos Ghosn avait adressé une lettre le 23 janvier 2019 au conseil d’administration de Renault dans laquelle il faisait part de son "empêchement" le conduisant à "mettre un terme à (ses) mandats".

Lors de sa conférence de presse qu’il a tenu à Beyrouth mercredi dernier, il a toutefois réfuté avoir démissionné de son poste contrairement à ce qu’avait annoncé le conseil d’administration de l’entreprise le 24 janvier: "Ma lettre n’a pas été distribuée aux membres du conseil d’administration, elle a été lue. C’est une forfaiture de dire que j’ai démissionné", avait-t-il assuré.

"J’ai demandé à partir à la retraite et je défendrai mes droits en tant que personne qui a travaillé autant d’années […]. J’ai des droits vis-à-vis de Nissan, vis-à-vis de Renault, qui n’ont pas été respectés et je compte bien les réclamer en justice", précise dans Le Figaro l’ancien magnat de l’automobile qui a été privé de ses droits à la retraite avoisinant les 770.000 euros par an.

Toujours selon le quotidien, Carlos Ghosn réclamerait 249.999,99 euros au titre du paiement de son indemnité de départ en retraite. L’audience devrait se tenir en février.

Paul Louis