BFM Business

Cadres: quelles sont les entreprises préférées des jeunes diplômés?

La croissance de l'activité des services et de l'industrie marque le pas en août.

La croissance de l'activité des services et de l'industrie marque le pas en août. - LUDOVIC MARIN

La crise a un peu fait évoluer les choix des jeunes cadres selon le dernier classement du cabinet de conseil Universum.

Les bouleversements économiques et sociétaux provoqués par la crise du covid ont-t-ils fait évoluer les objectifs de carrière des jeunes cadres issus des grandes écoles de commerce et d'ingénieurs?

Selon la dernière étude du cabinet de conseil Universum relayée par Les Echos, (12.131 personnes interrogées entre octobre 2019 et mai 2020), les grands groupes qui se sont démarqués pendant la crise à travers des actions spécifiques ont gagné en attractivité.

C'est par exemple le cas de LVMH qui conserve sa première place dans le Top 10 Business et qui progresse de 5 places dans le Top 10 Ingénieurs, ou encore de Décathlon (4e).

Airbus perd sa première place chez les cadres ingénieurs

Les entreprises qui, grâce à leur activité, ont maintenu la quasi-totalité des emplois ont logiquement la faveur des cadres. Dans le Top Ingénieurs, Google prend la 1ère place (+1) à Airbus qui en perd une. L'avionneur était premier de ce classement depuis 2016. Apple gagne 3 places et se hisse au 8e rang.

Dans le Top Business, les géants du jeu-vidéo montent en flêche et font rêver les jeunes cadres: Blizzard gagne 25 places (44e) et Electronic Arts progresse de 22 places (29e). Veepee fait également une entrée remarquée à la 66e place.

A contrario, les groupes qui souffrent particulièrement de la crise voient leur attractivité reculer chez les jeunes cadres à l'image d'Air France qui perd un rang sur un an (7e) dans le Top Business ou encore la SNCF qui recule de 23 places (47e rang).

La chute est également brutale pour les entreprises de la grande consommation, Coca-Cola chute de 26 places dans le Top Ingénieurs, Unilever s'écroule de 42 places et se retrouve au 86e rang.

Enfin du côté des ambitions, si le salaire reste en tête de liste, la sécurité de l'emploi ou la stabilité professionnelle gagne 5 points pendant le confinement à 24%. Preuve que les mentalités ont changé.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business