BFM Business
Economie

Bouygues lance la 5G dans 20 villes mais pas à Paris

L'opérateur qui a dévoilé le premier forfait low-cost 5G avec sa marque B&You déplore de ne pas pouvoir lancer sa nouvelle offre dans la capitale qui attend le résultat d'une consultation citoyenne avant de l'autoriser.

L'opérateur Bouygues Telecom a annoncé lundi le lancement de son réseau mobile 5G dans vingt "grandes villes" françaises, dont Lyon, Nice, Montpellier, Reims, Dijon ou encore Nancy, alors que d'autres communes demandent un moratoire sur cette technologie. C'est le cas notamment de Paris qui a lancé une consultation citoyenne sur le sujet.

Une démarche que le directeur général de Bouygues Telecom invité ce mardi matin sur BFM Business souhaite voir aboutir le plus vite possible.

Notre réseau est prêt, nous serions ravis de pouvoir l'ouvrir, assure Richard Viel. Paris a souhaité une consulation citoyenne et nous sommes dans le respect des règles avec les collectivités locales".

Et alors que certaines communes de banlieues auront la 5G, la habitants de la capitale devront encore attendre. "Paris va être encerclée par la 5G", ironise-t-il.

"Il n'y a pas de risque sur la 5G"

Si on disait qu'il y avait des risques sur la 5G, il faudrait se poser la question sur la 4G, sur la 3G, précise Richard Viel. On a pu vivre sans problème majeur sur la 4G depuis plus de dix ans. Il n'y a pas de risque sur la 5G qui est déjà déployée dans 44 pays dans le monde".

Bouygues Télécom, qui lance via sa filiale low-cost B&You un forfait 5G au tarif très agressif de 25 euros par mois pour 130 gigas de data, assure cependant que la 5G sera nécessaire pour absorber la consommation croissante de données par les utilisateurs mobiles.

Nous avons 40% d'usage de plus par an, indique Richard Viel. Considérez aujour'd'hui qu'on est à 10-12 gigas [de consommation de données par mois], dans cinq ans, on sera à 40-50 gigas. [...] Pour absorber cette capacité, il faut plus d'antennes ou plus de fréquences. Avec la 5G, nous aurons plus de fréquences".

Si la 5G ne va pas dans un premier temps révolutionner les usages du mobile pour le grand public, elle devrait avoir un impact sur l'industrie et certains services comme l'internet des objets et la télémédecine. Des fonctions avancées de la 5G qui ne devraient pas massivement se déployer avant 2023, assure le patron de Bouygues Telecom.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco