BFM Business

Avec le rachat réussi d'Ingenico, Worldline devient le numéro 4 mondial des paiements électroniques

La fusion entre les deux acteurs du paiement électronique doit permettre de créer le numéro 4 mondial du secteur, avec un chiffre d'affaires cumulé de plus de 5 milliards d'euros.

La fusion entre les deux acteurs du paiement électronique doit permettre de créer le numéro 4 mondial du secteur, avec un chiffre d'affaires cumulé de plus de 5 milliards d'euros. - Denis Charlet-AFP

Wordline détient 88,64% des actions d'Ingenico a l'isssue de son offre publique d'achat (OPA). Le futur ensemble est destiné à devenir le seul représentant européen parmi les géants mondiaux des paiements électroniques et le numéro 4 mondial.

L'offre publique d'achat du groupe de paiement électronique Worldline sur son concurrent Ingenico a été couronnée de succès, s'est félicité l'initiateur de l'OPA qui détient 88,64% des titres de son concurrent et 83,20% des droits de vote.

Le succès de l'OPA qui a débuté fin juillet était subordonnée à "la détention à l’issue de l'offre d'un nombre d'actions représentant une fraction du capital ou des droits de vote de la société Ingenico supérieure à 50%", rappelle l'Autorité des marchés financiers (AMF).

Une opération valorisée 7,8 milliards d'euros

Worldline s'était de son côté fixé comme condition la détention d'au moins 60% du capital d'Ingenico à la date de clôture de l'offre annoncée en février 2020, opération valorisée à 7,8 milliards d'euros à l'époque.

Par ailleurs, afin d'acquérir la majorité des actions restantes d'Ingenico, il a prévu de rouvrir son offre public d'achat (OPA). Le calendrier de cette deuxième étape d'acquisition sera publié par l'AMF.

Feu vert sous conditions de la Commission européenne

L'acquisition avait été validée par la Commission européenne le 30 septembre dernier. Celle-ci avait toutefois considéré que la combinaison des activités d'acquisition de paiements de Worldline et d'Ingenico "poserait des problèmes de concurrence en Belgique, au Luxembourg et en Autriche".

Les services de paiement sous-tendent tous les paiements par cartes effectués chaque jour par les consommateurs européens, a rappellé Bruxelles pour justifier ces exigences visant à maintenir la concurrence.

Seul européen parmi les géants mondiaux du paiement électronique

En retour, les deux entreprises s'étaient engagées à céder certaines activités d'acquisition de paiements en point de vente et de fourniture et de gestion de terminaux de point de vente d'Ingenico en Belgique et Autriche et une partie de l'activité d'acquisition de paiements de Worldline au Luxembourg.

La fusion entre les deux acteurs du paiement électronique doit permettre de créer le numéro 4 mondial du secteur, avec un chiffre d'affaires cumulé de plus de 5 milliards d'euros. Le futur ensemble se destine à devenir le seul représentant européen parmi les géants mondiaux des paiements électroniques.

F.B. avec AFP