BFM Auto

Code de la route: les jeux vidéo permettent-il de l'avoir plus vite ?

Un extrait de "The Good Drive", le serious game mis à disposition depuis l'année dernière par le réseau ECF.

Un extrait de "The Good Drive", le serious game mis à disposition depuis l'année dernière par le réseau ECF. - ECF

Lire et relire le code de la route n’est plus la seule méthode pour avoir à coup sûr son code de la route. Séries de tests dans les conditions de conduite et serious game sont disponibles à la maison, à côté du bon vieux bouquin de code. Mais ces simulateurs sont-ils la recette miracle pour avoir plus facilement et rapidement son permis?

C’est un petit jeu video, téléchargeable sur smartphone, qui vous place au volant d’une voiture. Mais pas question d’être poursuivi par la police comme dans le jeu GTA, le but ici est de rouler en respectant le code de la route. The Good Drive a été mis au point par le réseau Écoles de Conduite Française (ECF) en 2016, via une start-up dédiée, à destination des candidats à l'examen théorique du permis de conduire, le fameux code.

Un peu de pratique avant de prendre le volant

"Notre simulateur de conduite contribue à mêler théorie et pratique, les élèves ont besoin de rendre pratique le code de la route, résume Bruno Garancher, président des ECF. Ils comprennent et interprètent alors mieux les situations. Cela peut alors réduire le nombre d’heures en voitures".

"Au début, j'oubliais de mettre les clignotants mais le jeu, pratique et ludique, m'a permis de me rendre compte de mes erreurs", confiait l’an dernier au Parisien, Hind, une candidate au permis. Volant de simulation, jeu vidéo comme City Car Driver, qui propose de nombreuses situations de conduite pour se familiariser par exemple aux rond-points, séries de questions de code dans les conditions de l’examen, s’entrainer à la maison fait désormais partie intégrante de la formation des candidats au permis, notamment avec les auto-écoles en ligne. Sans pour autant toujours être un gage de réussite. Le président des ECF Bruno Garancher le reconnait: "Dire aux jeunes de s’entrainer chez eux, même si c’est ludique, c’est compliqué".

Un bon complément de l'enseignement

Fondateur d’auto-écoles en ligne ou patrons d’auto-écoles classique, tous font ce même constat: environ un tiers des candidats ne travaille pas ou peu à la maison. "La génération actuelle a une relation à l'automobile bien différente", résume Bruno Garancher. Une réalité notamment vécue chez les candidats habitant en ville, qui n'ont pas même pas toujours d'expérience de l'automobile avec leurs parents, eux-mêmes alors rarement conducteurs.

S’entrainer chez soi ne dispensent alors pas complètement de cours avec un enseignant. "L’ensemble de notre formation théorique se fait en ligne, rappelle Benjamin Gaignault, président directeur général d’Ornikar. Nous incitons cependant les élèves à prendre quelques heures pratiques avant de passer le code".

Patrice Bessone est lui plus véhément. "Cela ne sert à rien, il faut avant tout travailler avec un professionnel qui apporte les bons réflexes, s’alarme le vice-president du Comité National des Professionnels de l’Automobile (CNPA) en charge notamment du permis de conduire. Le code de la route n’a plus aujourd’hui la valeur intrinsèque qu’il avait auparavant, car nous avons perdu les jeunes dans les salles de cours, au profit des plateformes en ligne. Résultat, en bachotant, les jeunes ont leur code, mais ne le connaissent et ne le comprennent surtout pas. Ils l’apprennent alors pendant les heures de conduite, ce qui renchérit le permis".

Revoir complètement l'enseignement du code de la route

Chez Ornikar, on souligne surtout que l’on est qu’au début d’un vrai changement d’apprentissage du code de la route. "Le code n’a pas changé depuis sa création en 1921, rappelle Benjamin Gaignault. Personne ne s’est jamais intéressé à son apprentissage, on potasse toujours le même livre de code. Actuellement, nous sommes au 1er niveau d’une nouvelle forme d’apprentissage. Demain, on pourrait imaginer des systèmes avec des récompenses selon ses résultats, peut-être des promos sur les heures de conduite".

Il n'existe pas encore de chiffres établissant une corrélation entre la réussite au code de la route et l’usage de jeu vidéos comme celui des ECF. L’été dernier cependant, une étude scientifique chinoise notait que jouer 5 heures par semaine à Mario Kart faisait des gamers de meilleurs conducteurs sur route. Leurs réflexes visuels, comme leur capacité de coordination, avaient en effet augmenté.

Pauline Ducamp