BFM Auto

Pourquoi les péages augmentent (encore) ce 1er février

Ce 1er février, comme chaque année, le tarif à verser aux péages autoroutiers va augmenter. Une hausse comprise entre 1 et 2%. Un trajet Paris-Rennes coûtera presque 1 euro de plus. Le réseau secondaire est également concerné.

Les automobilistes y sont désormais bien habitués. Comme chaque année, ce 1er février, les tarifs des péages vont connaître une hausse. Sur les principaux réseaux concédés à Vinci, la Sanef ou encore APPR, l'augmentation sera comprise entre 1% et 2%. Par exemple, sur le réseau APPR en hausse de 1.67%, le trajet entre la gare de péage d'Allaines (Eure-et-Loire) et Ambérieu (Ain) passe de 46,30 à 47,07 euros. Sur le réseau secondaire, la hausse de prix pourra même varier ente 3 et 4%. Le trajet de Paris à Rennes sur l'A11, gérée par Cofiroute, coûtera ainsi 90 centimes de plus en 2018.

Carte augmentation péages
Carte augmentation péages © -

Pourquoi cette hausse régulière?

C'est tout simplement les contrats de concession signés entre l'Etat et les sociétés d'autoroute qui autorisent cette hausse annuelle. Elle doit être fixée en fonction de l'inflation au niveau national (avec un certain taux qui varie selon les sociétés d'autoroutes). Mais la hausse intègre également d'autres variables: elle permet notamment de couvrir les travaux de constructions et d'aménagements. 

Autre subtilité, une hausse de la fiscalité peut également être répercutée. En 2018, les automobilistes finiront ainsi de compenser l'augmentation de "la redevance domaniale", la somme à verser à l'Etat pour l'occupation du domaine publique. Une hausse votée en 2013 et dont le rattrapage devait être réalisé sur trois ans, entre 2016 et 2018.

Enfin, conséquence du gel des tarifs en 2015 décidée par le gouvernement de Manuel Valls, les sociétés d'autoroutes ont obtenu l'octroi d'une hausse supplémentaire en compensation, étalée entre 2019 et 2023. L'Etat évitait ainsi toute poursuite judiciaire autour de ce gel provisoire mais le surcoût pour les automobilistes avaient été estimés à 500 millions d'euros. 

Des sociétés d'autoroutes en pleine forme financière

Dans ce contexte de hausse régulière, les sociétés concessionnaires disposent d'une manne de plus en plus importante. En 2016, elles avaient vu leurs bénéfices grossir de 25% et les dividendes des actionnaires flamber de 41%.

Avec ces hausses annuelles, le trajet Paris-Rennes a pris 5.40 euros en 12 ans. Le graphique ci-dessous montre l'évolution des tarifs de plusieurs itinéraires au départ de la capitale de février 2006 à février 2018.

Julien Bonnet avec Emeline Gaube