BFM Business

Moto sans pilote: BMW, Yamaha et Honda rivalisent d'idées étonnantes

Pour tous les constructeurs, l'avenir de la moto sera autonome

Pour tous les constructeurs, l'avenir de la moto sera autonome - BMW Motorrad

La moto autonome n'est pas de la science fiction. Après Yamaha et Honda, BMW Motorrad a dévoilé sa vision du deux roues connecté.

Les fans de motos n'en reviennent pas. Bientôt, les deux-roues motorisés n'auront plus besoin de pilote. Pour les motards, cette évolution peut ressembler à un cauchemar en imaginant des hordes de motos sans personne dessus ou des grand prix sans pilote. En réalité, ces recherches sont menées pour améliorer leur sécurité.

Après des années de recherches, les constructeurs ont mis au point des technologies étonnantes avec lesquelles les motos peuvent circuler et s'orienter sans personne pour tenir le guidon.

Pour son centenaire, en 2016, BMW Motorrad avait déjà dévoilé ses projets concernant la moto du futur avec un prototype révolutionnaire. Deux ans plus tard, c'est une réalité. Il y a quelques jours, BMW Motorrad a dévoilé son concept installé sur une R1200 GS, un modèle phare de la marque allemande. Ainsi équipée, cette moto n’a besoin de personne pour démarrer, accélérer, freiner, prendre des courbes et s’arrêter. Elle fait tout cela très bien et toute seule.

Moto autonome
Moto autonome © Capture video BMW Motorrad

"Accroître le plaisir de conduire"

Le but n’est pas de la commercialiser mais d’en faire une plateforme pour tester des équipements de sécurité sans mettre en péril un pilote d’essai. Elle a été conçue pour "rendre la pratique du deux-roues encore plus sûre, plus confortable et à accroître le plaisir de conduire", explique Stefan Hans l’ingénieur qui a conçu la machine.

Avec ce robot, la marque allemande compte équiper les motos d’aide à la conduite (régulateur de vitesse, maintien des distances de sécurité, alerte collision, avertisseur d’angle mort, maintien de trajectoire), comme sur les voitures. Dans ce domaine, BMW n’est pas le premier constructeur à se lancer dans les motos autonomes. En 2017, Yamaha et Honda ont dévoilé leur projet.

Moto autonome
Moto autonome © Capture DailyMotion

Honda veut aussi aider les motards en créant une technologie d’auto-équilibre installé sur une NC750. Il s’agit de petit capteurs gyroscopiques qui empêchent la moto de tomber dès 5 km/h. Pourquoi faire ? Par exemple pour se gare à très faible allure dans des endroits particulièrement étroits. Comment? En suivant son pilote comme un animal de compagnie. L’idée est de permettre aux personnes de petits gabarits de s’offrir une machine de plus de 200 kilos.

Un défi lancé par un robot à Valentino Rossi

Chez Yamaha, le projet est similaire. Le groupe nippon a installé sa technologie sur une R1, une moto de 1000cc développant 200 ch, le haut de gamme des sportives de la marque. Equipée d’un système antichute, elle est capable d’analyser la meilleure trajectoire à plus de 200 km/h.

Moto autonome
Moto autonome © Yamaha

Pour prouver son efficacité, Yamaha a lancé un défi à Valentino Rossi pour une course sur le circuit Thunderhill, en Californie. La R1 autonome était monté par un robot. Même face à un robot, le nonuple champion du monde a prouvé son talent en battant la machine à plate couture en bouclant un tour de circuit en 1’25,740, soit près de 32 secondes de mieux.

Mais au-delà de ces expérimentations, la moto autonome peut avoir de vrais atouts. Un(e) motard(e) pourrait demander à sa machine de le rejoindre à un endroit précis pour le ramener chez lui (elle) après une soirée festive. Et pourquoi un jour pas des motos taxis qui comme les voitures autonomes pourraient transporter des clients qui désirent ne pas perdre de temps, ou qui tout simplement, aiment les ballades à moto.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco