BFM Business

Les radars ont flashé 11% d'automobilistes en moins en 2019

Un radar de vitesse.

Un radar de vitesse. - -

C'est la deuxième baisse consécutive depuis 2017, la faute à un nombre d'équipements en baisse, notamment en raison des dégradations liées au mouvement des gilets jaunes et aux anti-80 km/h.

Une nouvelle baisse du nombre de flashs. En 2019, 12,6 millions d'infractions ont été relevées via le contrôle automatisé, c'est à dire les radars fixes et mobiles, indique le dernier bilan détaillé de la sécurité routière, publié récemment. C'est 1,5 million de moins qu'en 2018 et 3,9 millions de moins qu'en 2017.

L'évolution des infractions liées à la vitesse, qui représente la plus grande partie du contrôle automatique (également radars feux rouges)
L'évolution des infractions liées à la vitesse, qui représente la plus grande partie du contrôle automatique (également radars feux rouges) © ONISR

Principale cause de cette baisse: les radars détruits ou dégradés. Le mouvement des gilets jaunes, démarré en novembre 2018, avait en effet opté pour ce mode d'action dans la foulée des opposants à l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur le réseau national, mis en place à l'été 2018.

Conséquence: le nombre de radars de vitesse fixe en service a fortement baissé l'an dernier. D'un peu plus de 2500 unités, chiffre relativement stable depuis 2014, ils ne sont plus que 2137 recensés par le ministère de l'Intérieur. Un niveau historiquement bas, se rapprochant des 2100 cabines en service en 2011.

Des recettes attendues en forte baisse

Si on ne connaît pas encore l'impact sur les recettes liées à cette baisse du contrôle automatisé, on s'attend logiquement à une forte chute. Elles seraient en effet comprises entre 500 et 600 millions d'euros, indiquait un article des Echos l'an dernier, à comparer avec les 864,3 millions d'euros collectées en 2018. Un chiffre déjà en baisse de 15% par rapport à 2017 et plus d'un milliard d'euros de recettes.

Un coup dur pour l'Etat alors que la mise en place des 80 km/h et de nouvelles cabines plus perfectionnées devaient justement générer davantage de recettes. Elles étaient attendues à 1,1 milliard d'euros en 2019.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto