BFM Auto

Les Français roulent moins vite, sauf sur les nationales

Les Français respectent plus les limitations de vitesse, sauf sur les routes nationales, où un quart des automobilistes roulent à plus de 120km/h.

Les Français respectent plus les limitations de vitesse, sauf sur les routes nationales, où un quart des automobilistes roulent à plus de 120km/h. - Jacques Munich - AFP

Selon le Baromètre 2016 du comportement des Français au volant d’Axa Prévention, les Français respectent plus les limitations de vitesse, en particulier en Ile-de-France. 25% des conducteurs avouent cependant encore rouler à plus de 120km/h sur les routes nationales.

Les Français roulent moins vite, c’est ce qui ressort du Baromètre 2016 du comportement des Français au volant, réalisé par TNS Sofres pour Axa Prévention*. "On constate cette année une baisse significative des mauvais comportements liés à la vitesse", note Axa dans son communiqué. 

En ville et sur autoroutes, les conducteurs déclarent ainsi commettre moins de grands délits routiers. Seuls 14% des conducteurs déclarent rouler à 160 km/h sur autoroute. Ils étaient 19% l’année précédente. Les conducteurs ont particulièrement réduit leur vitesse en Ile-de-France. Alors que pratiquement un Francilien sur quatre avouait allègrement atteindre les 160 km/h sur autoroute l’an dernier, ils ne sont plus que 15% aujourd’hui. Idem en agglomération. Alors que 44% des gens roulaient à 65 km/h en 2015, ils ne sont plus que 35% cette année (39% seulement en Ile-de-France).

A plus de 120km/h sur les routes nationales

Le point noir reste les routes nationales, où près de quatre automobilistes sur dix avouent d'ailleurs ne pas se sentir en sécurité. 25% des automobilistes reconnaissent rouler à 120, voire 130 km/h, sur ces voies à double sens limitées à 90 km/h et dont la qualité est souvent dégradée.

Un tiers des automobilistes interrogés explique très simplement cette vitesse excessive: ils adaptent leur vitesse aux autres véhicules qui les entourent, et non pas aux limitations. Or, "les chiffres de l’accidentalité routière confirment la perception des automobilistes: les accidents sur les routes bidirectionnelles représentent plus de la moitié de la mortalité sur les routes", rappelle Axa dans son communiqué.

*Enquête réalisée du 18 au 5 janvier 2016 auprès d'un échantillon représentatif de 1.543 automobilistes.

P. Ducamp