BFM Business

La transformation de vieilles voitures thermiques en électriques bientôt légalisée en France

Le rétrofit, soit transformer une voiture essence ou diesel en électrique, sera bientôt légal en France. Le texte autorise aussi la transformation des deux-roues comme des bus.

Le rétrofit, soit transformer une voiture essence ou diesel en électrique, sera bientôt légal en France. Le texte autorise aussi la transformation des deux-roues comme des bus. - Ian Motion

Le rétrofit, consistant à convertir une voiture essence ou diesel en véhicule électrique, sera bientôt légal en France. Le texte autorise aussi la transformation des deux-roues comme des bus.

Une vieille voiture thermique qui trouve une seconde jeunesse avec une motorisation électrique toute neuve, c’est le principe du rétrofit. Techniquement au point, cette transformation n’est toutefois pas totalement légale en France. Une situation qui devrait prochainement évoluer.

Un texte pour les voitures, mais aussi les utilitaires, les camions, les bus

Un texte de loi encadrant la procédure de transformation du thermique (essence ou diesel) à l’électrique a en effet été transmis à la Commission européenne par le gouvernement, précise l’association des Acteurs de l’Industrie du Rétrofit électrique (AIRe). Une fois ce texte validé par Bruxelles, il devra être voter par l’Assemblée nationale. Les voitures thermiques pourraient devenir électriques en toute légalité au premier trimestre 2020, espèrent les professionnels de ce tout nouveau secteur.

"Nous sommes ravis de cette avancée du droit européen, ce texte est le plus fourni, le plus complet sur le marché, nous explique Arnaud Pigounides, fondateur de Rétrofuture, et co-président de l’AIRe. Ce texte comprend aussi l’hydrogène, va jusqu’aux bus, camions, deux-roues. On peut imaginer par exemple des municipalités faire transformer leur flotte de bus, une transformation moins onéreuse que l’achat d’une flotte neuve de véhicules".

Jusqu’à présent, l’obligation de demander l’avis technique du constructeur d’origine pour immatriculer la voiture bloquait toute procédure. la voiture pouvait circuler avec des plaques garage mais pas être immatriculée.

Pour les voitures de plus de 5 ans

Ce texte est le fruit d’un travail conjoint de plusieurs mois entre les professionnels de ce tout jeune secteur, le ministère de la Transition écologique et des organismes d’homologation comme l’UTAC-Ceram ou encore le Centre National de Réception des véhicules (CNRV). La grande majorité des véhicules en circulation pourront y prétendre à un passage à la motorisation électrique, si le texte est adopté en l’état, à l’exception des plus récents (moins de 5 ans) comme les véhicules de collection.

Il y a quelques mois, nous avions testé une Austin Mini de 1990 devenue électrique. Au volant, un mélange d’accélération puissante et silencieuse grâce à l’électrique et de conduite à l’ancienne sans direction assistée, ni d’aide au freinage. N’espérez cependant pas transformer votre vieille Twingo en Tesla. Le véhicule devra conserver la même puissance qu’à l’origine. Une voiture de 115 chevaux en thermique fera l’équivalent de 115 chevaux en électrique. L’architecture des voitures essence et diesel contraint aussi l’installation des batteries, n’attendez donc pas une autonomie de Model S: pour les petits modèles, elle est généralement de 100 kilomètres.

Un marché d'abord tiré par les professionnels

90% du parc français pourrait être transformé. "Le marché devrait se partager entre 70% de professionnels et 30% de particuliers, il y a aussi une niche sur les anciennes, poursuit Arnaud Pigounides. Le rétrofit ne dispose pour l’instant d’aucune aide, comme il n’avait pas d’existence légal. Les professionnels ont donc plus de moyens pour transformer des véhicules, comme des hôtels de luxe, des food-trucks, des Citroën Type H par exemple". Arnaud Pigounides estime par ailleurs que dans les zones à faibles émissions qui se multiplient en France, les professionnels pourraient venir au rétrofit plus rapidement.

Au-delà de l’absence de législation, le prix reste un obstacle. Sans rénovation de la voiture, le prix de base pour transformer un petit modèle est compris entre 12.000 et 15.000 euros. Mais les tarifs peuvent être trois fois plus élevés, soit un véritable frein. En cause notamment le prix d’achat des batteries. L’AIRe espère voir le tarif baisser grâce à un plus grand nombre de transformations. En 2021, l’AIRe évoque la transformation de 1000 à 3000 véhicules par an.

Pauline Ducamp